Ce samedi soir, se joue une rencontre au combien importante dans la lutte pour la montée en Régional 1. Le troisième, Seysses-Frouzins, va recevoir le deuxième, Canet. Une rencontre pour laquelle le coach Sang & Or, Mohamed Bouamama, veut privilégier le plaisir de ses joueurs même s’il veut rester un compétiteur.

Seysses-Frouzins reçoit Canet. Un duel entre le troisième et le deuxième. Je pense qu’on peut dire belle affiche non ?

Oui super match. je suis très content pour les joueurs. Ce n’est ni le même match, ni la même compétition que lorsque l’on a rencontré Canet en Coupe de France. La saison s’est déroulée, il y a eu quelques péripéties en interne avec le changement de coach. On a pris le wagon en route et les joueurs ont réussi à s’obtenir une belle fin de saison à jouer. Tant mieux, c’est amplement mérité pour eux. Maintenant, on n’est pas dupes. On sait très bien que Canet est déjà là-haut. Ils sont là-haut parce qu’ils font parti des meilleurs seconds. Leur objectif est de finir à minima second, voir aller chercher la première place. C’est une superbe équipe avec des joueurs qui jouent très bien au ballon, de très bons anciens, mélangés à des jeunes. Je ne pense pas que les histoires de l’équipe une aient perturbés la réserve (NDLR 10 points de retrait pour Canet en N2). La réserve est restée jusqu’au bout. Ils viennent avec plein d’ambitions et tant mieux.

L’objectif de Canet c’est d’être deuxième voir le titre. Comment se situe Seysses-Frouzins qui est juste derrière au classement ?

Castelnaudary l’a annoncé, ils sont à jamais les premiers donc ils vont le rester. Après, nous avons ce challenge à jouer contre Canet. On va dire que c’est du bonus aujourd’hui. Pour moi, la saison s’est jouée avant. Nous avons perdu des points en route. Ce n’est pas grave. On va essayer de s’offrir une belle fin de saison. On ne parle plus d’objectifs mais de plaisir. L’objectif c’est que les joueurs prennent du plaisir et plus si affinité. Après, nous restons des compétiteurs.

Il doit y avoir déjà l’objectif de construire avec cet effectif Sang et Or très jeune aussi…

C’est exactement ça. Je suis resté sur ma ligne de conduite. On essaye de préparer la suite. Préparer la suite en étant dans les trois premiers, c’est pas mal. On prépare tranquillement en intégrant quelques jeunes qui sont finalement restés dans le groupe et qui vont sûrement y rester s’ils mettent les ingrédients. On essayera d’avancer comme ça.

La suite en question, est-ce qu’elle se fera avec Mohamed Bouamama, ou rien n’est acté pour l’instant ?

Au jour d’aujourd’hui, on n’a pas encore discuté avec les dirigeants. Mais je pense que nous sommes sur la même longueur d’onde. Je vais me permettre de parler à leur place. Mais quand on part sur un projet, on part sur un nouveau cycle, ce n’est pas pour recommencer à zéro. Sur ça nous sommes sur la même longueur d’onde. D’où le fait que nous n’ayons pas communiqué car d’un côté ou de l’autre, on essaye d’avancer et de prendre une dynamique qui nous apportera du bonheur sportivement et humainement dans les années à venir et notamment pour le club.

Pour en revenir au match, comment l’avez-vous préparé pour rester compétitif ?

On l’a préparé sereinement parce qu’on a eu une semaine de coupure qui est bien ou non. Malheureusement de notre côté, nous avons pas mal de blessés avec cinq ou six titulaires à l’infirmerie. Ce n’est pas rien. Ce sont des titulaires qui ont quasiment 20 matchs dans les jambes. Mais ça tombe bien, ça laissera la chance aux autres de s’exprimer, et notamment sur cette rencontre-là. C’est un groupe, il faut faire confiance à tout le monde. Aujourd’hui, il y a des mecs qui vont aller en réserve et feront peut-être leur retour avec moi la semaine prochaine. Tout dépend comment ça se passera.

A six matchs de la fin de la saison, est-ce que tu fais déjà un premier bilan des performances des joueurs ?

Oui aujourd’hui, on peut déjà dessiner un bilan. Il y a eu pas mal de progression. C’est la volonté et l’envie des joueurs qui les ont amenés là. Il y a certains domaines où les joueurs ont progressé. C’était le but. On n’est pas parfait, on reste perfectible. Il y a des choses à améliorer. On le fera, mais il faut du temps. On ne veut pas brûler les étapes et faire els choses bien. Il faut structurer certaines choses. Le but est de terminer en beauté et préparer la suite. La pression n’est pas chez nous mais plutôt chez Canet si la Une reste en N2. Mais j’ai entière confiance en Farid Fouzari qui va maintenir cette équipe fanion après cette péripétie. C’est un gars bien. Je lui souhaite de se maintenir. Leur priorité est de faire monter cette équipe réserve en R1. C’est très bien pour eux.

Selon toi vous restez perfectibles. Être troisième avec une équipe jeune qui reste perfectible… qu’est-ce que ça sera quand ça sera quasiment parfait ? (rires)

Parfait, ça ne le sera jamais. J’ai cette chance d’avoir un autre public. Pendant des années j’ai travaillé avec un public X, aujourd’hui, j’ai un public Y. La chance que nous avons en tant que coachs c’est d’avoir la chance d’apprendre grâce aux joueurs. Nous essayons de leur donner des clés. Mais c’est eux qui répondent et mettent les ingrédients. La chance qu’on a c’est qu’on en apprend tous les jours. Ça ne sera jamais parfait. C’était peut-être une année de transition, mais il faudra compter sur Seysses dans les années à venir. On fera revenir le club au goût du jour avec des équipes au niveau Ligue que ça soit en jeunes ou en seniors.