Après le revers sur la pelouse du Toulouse Rodéo, l’AMTFA reçoit du costaud ce soir avec l’arrivée du deuxième, Lourdes FC. Le coach Tarnais, Mickaël Bertrand, espère voir ses troupes relancer une série de victoire pour cette 22ème journée de Régional 1 (retrouvez le récap de cette journée ici), pour garder leur destin entre leurs mains.

Réception de Lourdes, c’est une très belle affiche qui vous attend ce soir à Rigaud. Comment est-ce que tu appréhendes la réception d’une équipe quasiment invincible depuis le début de la saison ?

On l’appréhende comme un match que nous allons jouer pour nous sauver. Ça fait un petit moment qu’on a enclenché le fait de vouloir se maintenir. On a fait une très bonne série qui s’est arrêtée contre le Rodéo. On va le préparer comme les autres matchs. C’est à domicile et il faut se dire qu’en cette année 2022, nous sommes invincibles chez nous. Nous allons essayer de le rester malgré la qualité de l’adversaire. Il n’y a pas le choix, nous devons prendre les points pour nous maintenir.

Au final, on pourrait presque dire que vous prenez Lourdes au bon moment : d’un côté vous êtes invaincus à domicile en 2022, de l’autre Lourdes semble un peu en perte de vitesse depuis quelques semaines. Est-ce que pour toi ça rééquilibre les forces en présence où une équipe se dégage tout de même comme favorite ?

Il n’y a pas de débat. Ils sont deuxièmes et nous neuvièmes. S’il y a un favori à tirer, ça serait eux. Ils vont jouer contre une équipe qui veut se sauver. Nous donnerons tout pour ça. Comme on peut voir depuis la phase retour, même les équipes du haut de tableau, on arrive à les accrocher. Voir mieux, nous arrivons à les gagner. On va essayer de prendre les points pour se maintenir et eux de les prendre pour jouer la montée. Ça sera un match de très haute intensité je pense avec un enjeu différent des deux côtés même s’il est différent.

Tu as évoqué la défaite au Rodéo le week-end dernier. Une défaite qui ne vous fait pas de bien car en même temps Girou et Salies Mane se sont imposés. A froid ce revers est-il plutôt logique ou frustrant ?

C’est une défaite frustrante. Je pense qu’ils ont trois situations dans le match, et ils arrivent à marquer trois fois. A l’inverse, on a cinq faces à faces dans l’ensemble du match, et on n’en marque qu’un seul. La frustration car nous ne sommes pas efficaces offensivement et une grosse frustration parce que nous ne sommes pas efficaces dans notre surface non plus. On donne des buts, on fait des erreurs qui coûtent chères. Cette défaite est très frustrante et ne reflète pas du tout la physionomie du match.

Un petit manque d’efficacité offensive. Tu as cependant un des meilleurs buteurs de ce championnat de Régional 1, Brandon Marianella. Quelle est la recette de sa réussite face au but ?

Brandon finit les actions que l’équipe se créé comme je dis souvent. On s’en créé pas mal. Le gros souci de notre équipe aujourd’hui, c’est qu’on prend trop de buts. 32 en 21 matchs, c’est beaucoup trop pour une équipe qui veut performer. Aujourd’hui on a un collectif qui se redessine puisqu’on a eu beaucoup de blessés. Les joueurs reviennent petit à petit. Il faut se mettre dans la peau de l’équipe qui ne veut pas descendre. Ça pour nous, c’est tout nouveau. Le maillot de la fusion a été dur à porter au départ pour certains joueurs. C’est une saison qui sera compliquée, et qui va l’être jusqu’au bout.

Au-delà de cette rencontre, tu as également un match important contre Salies Mane le week-end prochain. J’imagine que tu dois déjà y penser un peu ?

Non non. On ne peut pas se permettre de laisser passer un match. Le match de Lourdes est très important. S’il y a des points à prendre, il faut les prendre et il faut prendre match après match. Après Salies, il y aura Toulouse Métropole chez nous, puis le Girou là-bas. On a un calendrier qui nous permet d’avoir pour le moment notre destin entre nos mains et de jouer des concurrents directs. Le calcul est très simple, si on gagne chez nos concurrents directs, on sera en R1 l’année prochaine. On l’a dans les mains. Il faut tout donner pour avoir des résultats positifs contre ces équipes-là, mais essayer de prendre tous les points possibles contre les autres équipes également.

L’inconvénient de ces rencontres contres lesdits concurrents directs, c’est de devoir se déplacer chez eux et on sait que là-bas la victoire est compliquée à obtenir.

Oui après ça sera des rencontres à enjeux, donc des matchs particuliers pour eux aussi. Ils les joueront aussi avec le couteau entre les dents sachant que s’il y a un mauvais résultat, il passent aussi à la trape. Les équipes les plus solides mentalement ramèneront le maintien cette année. En termes de qualité de joueurs, nous avons ce qu’il faut. A nous d’être solides dans la tête pour pouvoir se sauver.

Dernière question, tu as évoqué le défaut d’Albi Marssac, la déficience défensive cette saison. Petit à petit l’effectif se regarnit avec le retour des blessés. Est-ce que tu penses réussir à effacer ce défaut ce soir ?

Après sachant qu’à domicile on ne prend pas de buts depuis cinq-six matchs. C’est plutôt à l’extérieur où nous sommes fébriles. Nous marquons beaucoup de buts aussi. Il va falloir trouver ce bon équilibre entre bien attaquer, se créer des occasions et bien défendre. Ça sera le dilemme de cette fin de saison : être solide pour engranger les points indispensables pour se maintenir.