J-C. Debu (TFC II), Aigues Mortes « une des meilleures équipes de notre championnat »

J-C. Debu (TFC II), Aigues Mortes « une des meilleures équipes de notre championnat »

3 mai 2022 1 Par Nicolas Portillo

Ce dimanche, vous l’avez emporté contre Aigues Mortes, 2-0. Au passage vous leur récupérez la troisième place. C’est une très belle opération pour vous dans le money-time de cette saison !

Oui on n’a pas perdu contre eux. Au match aller on fait 2-2, là on gagne 2-0. Pour avoir eu des échos et avoir vu des vidéos sur certains matchs, à mes yeux, c’est l’une des meilleures équipes de notre championnat. Ça joue très bien au football. C’est bien organisé, il y a des principes très forts aussi bien défensifs qu’offensifs. Leur classement actuel ou au début de saison où ils ont été premiers ou deuxièmes, reflètent vraiment la qualité de jeu développé.

Pour vous, Aigues Mortes sera donc une équipe à attendre la saison prochaine ?

Oui, il y a ça. Pour en revenir à dimanche, c’est une grosse performance contre une belle équipe d’Aigues Mortes.

Pour votre équipe cette victoire reflète également une certaine renaissance. Vous aviez quelques difficultés en début de saison, et là on peut dire que vous avez su trouver votre rythme.

Exactement. C’est vrai qu’en début de saison, on partait avec un certain handicap, même si ce n’est pas une excuse. J’ai joué avec pas mal de joueurs jeunes : des 2002 et 2003 qui sortaient d’une année de covid. De là, on sent la différence car pendant un an ils n’ont pas goûté à la compétition. Chez les séniors, il peut aussi y avoir un impact mais moins flagrant. Nous sommes partis avec des joueurs qui n’avaient aucune expérience du niveau N3 et surtout des séniors. Sur les premiers matchs de Beaucaire et d’Agde, je suis parti avec des joueurs qui n’avaient jamais joué en séniors. Nos résultats n’ont donc pas été à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre bien sûr. Derrière nous avons fait un peu de yo-yo avec l’apports de quelques professionnels. Il faut savoir que l’équipe pro a un groupe de 24 joueurs mais avec beaucoup de jeunes joueurs : des 2001, 2002. Quand ils sont venus gagner du temps de jeu avec moi, ils ont de suite fait la différence par leur qualité. Ils ont un peu rassuré tout le monde et les jeunes qui les entouraient. Sur la phase aller, je crois que nous sommes à cinq victoires et cinq nuls. On n’était pas très bien classés. Mais sur la phase retour, il nous reste quatre matchs, mais nous sommes dans les clous des deux premières places avec une série de quatre victoires et sept matchs invaincus. Je ne vais pas dire qu’on a trouvé un rythme de croisière mais pas loin. Nous avons enchaîné de très bons résultats en partant de Nîmes. C’est important parce qu’aujourd’hui, nous sommes maintenus et pour certains jeunes dont on voit aujourd’hui la progression. On arrive à rivaliser avec de très belles équipes séniors de N3 aujourd’hui.

Effectivement vous êtes maintenus, chose que ne peut pas affirmer la réserve de Nîmes qui est encore relégable aujourd’hui. Avoir une réserve qui descend en R1, ça serait plutôt bizarre…

Oui mais bon, connaissant Yannick Dumas l’entraîneur de Nîmes, il faut avec les moyens du bord. Les U17 ou U19 ne sont pas très bien classés. Ils ont moins d’effectif que nous, moins de descentes de pros que nous. Même s’ils en ont eu contre nous, mais ce sont des jeunes pros. Ils sont partis, tout le monde les voyaient morts et ils ont eu un sursaut d’orgueil. Ils ont commencé à gagner leurs matchs et à surprendre. Là-bas, nous avons gagné 2-0, mais ils nous avaient posés pas mal de problèmes. Dans la continuité de notre match, ils ont également enchaîné pas mal de bons résultats. Aujourd’hui avoir encore un espoir de maintien puisqu’ils sont à égalité avec Blagnac et Castanet, sachant qu’ils ont deux confrontations avec des concurrents directs. Ils ont de l’espoir et s’ils y arrivent, je peux leur tirer mon chapeau parce que ce n’était pas gagné d’avance.

Vous avez également l’avantage que votre équipe fanion performe bien cette saison. Avec la montée du TFC en Ligue 1, l’effectif aura besoin d’être renforcé. Est-ce que des joueurs de votre groupe peuvent prétendre à ces nouvelles places ?

Comme certains joueurs cette année, ils alterneront entre les deux groupes. Je ne sais pas comment va fonctionner l’année prochaine l’équipe professionnelle et quel effectif ils auront. Ce qui est sûr c’est que nous avons aujourd’hui fait signer deux joueurs : un 2004 et un 2002 qui ont signé pro cette année. Sur le match d’Aigues Mortes, j’ai fait jouer deux jeunes de 18 ans qui n’avaient jamais joué en sénior. C’était leur baptême du feu, contre une belle équipe, et ça a marché. Aujourd’hui nous sommes aussi confrontés avec certains joueurs à des fins de contrats stagiaires : des 2002. J’en avais cinq sur le terrain. Il faut les motiver, les mobiliser pour qu’ils jouent le jeu. Je suis parti avec un effectif de 24 joueurs. Sur ces 24, deux joueurs de champ et un gardien de buts de 17 ans ont signé pros. Tout le reste ce sont des joueurs qu’on laisse libres. On garde des 2003, mais tous les 2002 sont sur le marché. Notre fin de championnat peut aussi être perturbée par ces manques de motivation et d’investissement par rapport à ces départs. Des jeunes pros, quand ils redescendent, c’est pour nous aider, mais Philippe Montanier a aussi besoin que ses joueurs soient mobilisés et aptes à rentrer à tout moment. Pour ça, il faut jouer.

Les entraînements ne suffisent pas…

Exactement les entraînements ne suffisent pas. La preuve, à chaque fois que des pros sont redescendus, ils ont bien travaillé et ont bien scoré pour les offensifs. Derrière quand ils ont pu jouer avec les pros, on a vu qu’ils étaient prêts parce qu’ils avaient joué avec la réserve. On joue avec des dernières années de contrat stagiaire. Ces 2002 ont toujours un espoir dans la saison de signer pro, c’est le but. Mais on sait toujours que sur toute une génération, il y en a un ou deux voir trois qui signent. Le reste ne signe pas. Cette saison, gardiens compris, j’ai utilisé un peu plus de 40 joueurs.

Ça fait un sacré chiffre !

Entre le match de Balma le week-end dernier, notre match de dimanche. En une semaine j’ai eu seulement trois joueurs du match de Balma qui ont joué contre Aigues Mortes. J’ai incorporé sur le match cinq joueurs de 18 ans qui n’avaient pas joué à ce niveau.

Ça vous promet une fin de saison assez mouvementée en quelques sortes !

Oui, mais ce n’est pas inintéressant non plus. Depuis le temps que je suis au club, certains réserves fonctionnent différemment avec un effectif spécifique réserve, quelques descentes et quelques rares promotions. Nous, ça bouge beaucoup. Pour utiliser 40 joueurs, il faut utiliser des jeunes pros, comme des joueurs de mon groupe, comme des 18 ou 19 ans. Ça fait parti du jeu. A partir du moment où tout le monde travaille de la même façon, il y a de la cohérence dans le jeu. Mais après, les automatismes ne sont pas toujours là par rapport à ce changement régulier.