J-L.Fauré (Portet) « Ça nous tenait à cœur de faire un résultat »

J-L.Fauré (Portet) « Ça nous tenait à cœur de faire un résultat »

10 mai 2022 0 Par Nicolas Portillo

Très belle opération pour l’AS Portet qui s’est imposé sur la pelouse de Toulouse Métropole dans un match disputé de cette 22ème journée de Régional 1. Les Portésiens ont ainsi assuré leur maintien en R1 la saison prochaine et confirmé le statut qu’ils veulent avoir d’équipe « chiante à jouer », comme le souligne le directeur sportif, Jean-Louis Fauré.

Vous gagnez ce week-end 2-1 sur la pelouse de Toulouse Métropole. C’était clairement une victoire à aller chercher pour être éloigné de la relégation et au passage de recoller à votre adversaire du week-end…

Disons qu’on a fait un super mois de mars. Nous avons enchaîné plusieurs victoires. Ce qui nous a fait beaucoup de bien au classement. On avait quand même un gros matelas que l’on a finalisé en gagnant 6-1 contre Salies Mane. Sur ce match, s’ils nous avaient battus, ils revenaient à trois points. Du coup, en les mettant à neuf points, on s’était quasiment assuré le maintien le week-end dernier. Là nous étions davantage dans une logique d’essayer d’aller titiller le gros voisin aux gros moyens et de continuer notre rôle de poil à gratter. J’avais dit en début de saison qu’on serait une équipe difficile à jouer. Les joueurs et le staff le confirment on est chiants. Là on gagne à Métropole. Ça nous tenait à cœur de faire un résultat. D’autant que nous avions renforcé l’équipe réserve. On ne s’était pas donné toutes nos armes. Nous sommes très contents.

Titillage réussi. Vous revenez donc à égalité de points avec Toulouse Métropole. Vous pouvez même jouer le top 5 d’ici la fin de saison non ?

On ne s’était rien interdit. Les coachs tiennent un discours très positif aux joueurs. On veut essayer de battre tout le monde. On joue pour gagner, pour essayer de prendre des risques. On est une équipe offensive, une équipe qui joue. Là encore on marque à la 94ème. Juste avant, on rate un face à face à la 90ème. On se donne les moyens de faire quelque chose. En même temps, on se met en danger. On est un peu fous. Ça joue beaucoup. Ce sont des garçons généreux qui vont toujours de l’avant. Parfois, ça nous joue des tours. On a perdu des matchs car nous nous sommes parfois déséquilibrés. Mais c’est une très bonne saison. C’était l’an un d’un projet pour nous. Cette année était assez terrible avec toutes ces relégations. Ça donnait un championnat hyper stressant. Il ne fallait pas regarder que les deux derniers comme chaque saison. Il fallait aller chercher jusqu’à cinq !

Vous évoquez une victoire à la 94ème et avoir risqué la douloureuse en vous mettant en danger. C’est un peu la marque de fabrique de Portet de jouer avec le palpitant des coachs ?

Oui, on fait une bonne première mi-temps. On revient à 1-0 à la mi-temps. C’est une mi-temps maitrisée. On peut même mener 3-0 en revenant aux vestiaires si on ne joue pas mal notre dernier geste. On a raté deux/trois centres. En revanche, ils rentrent fort en deuxième mi-temps. Ils nous bousculent et égalisent. On se rend après coup pour coup. Ça faisait quelques occasions qu’on avait, on en a finalisé une. On peut s’estimer très satisfaits de cet état de fait.

Qu’est-ce qu’on peut attendre cette fin de saison ? Une équipe de Portet dans son rôle de poil à gratter ?

Oui c’est ça. On est là. On est plus décontractés. On n’a plus cette peur de la descente. Elle concernait quasiment tout le monde cette descente. Même quand nous étions à 35 points, nous étions normalement sauvés, mais il restait un mais. C’était une saison vraiment stressante. On a validé d’être dans le groupe de tête. On est contents d’être là où nous sommes. On va essayer d’aller embêter encore quelques équipes.