Cette jeune adolescente est en train d’écrire petit à petit son rêve. De la formation initiale avec l’US Durannaise puis Auch Foot, Coraline Gil a ensuite pris son envol pour un club référence dans le football féminin Français : le Montpellier HSC. Continuant de se battre et de donner le meilleur d’elle-même, Coraline est une nouvelle fois récompensée avec une nouvelle sélection en Equipe de France U16… De quoi voir la vie en Bleue

Pour la deuxième fois de sa jeune carrière de footballeuse, Coraline Gil va porter le maillot frappé du coq. « C’était une surprise pour moi, je ne m’attendais pas à être sélectionnée. » La jeune défenseure a en effet pu honorer sa première cape sous le maillot des Bleues U16 en avril contre les Pays-Bas (match nul 1-1). Si la fierté prédominait au moment d’entrer sur le terrain du Stade Henri Desgrange, Coraline a également senti une certaine pression retomber sur ses épaules. « Il y a toujours une pression. Quand une équipe internationale joue, il y a du monde au stade, on ne veut pas décevoir les spectateurs et le niveau est élevé. » Cette fois, Coraline va s’envoler avec le groupe U16 pour disputer le Tournoi International de Développement de l’UEFA contre les Etats-Unis, la Suède et la Norvège (rencontres du 18 au 23 mai prochain). Une nouvelle aventure qui commencera pour elle.

La vie loin du cocon familial, c’est devenu une habitude pour Coraline. Si elle a fait ses premières classes dans le Gers au sein d’Auch Foot, la footballeuse a connu un sacré tournant dans sa vie foot cette saison. Elle a été recrutée dans un des clubs références du football féminin, le Montpellier HSC. En parallèle, Coraline passe ses semaines au pôle espoir de Blagnac. Ce qui lui a permis d’acquérir le statut de joueuse de haut niveau. Sa mère, Ingrid, confirme d’ailleurs que la jeune adolescente a une vie très rythmée. Entre la semaine en internat à Blagnac, puis les week-ends à Montpellier pour les entraînements et les rencontres d’ado, sa vie d’ado ? « Elle n’en a pas, rigole Ingrid, elle se gère toute seule à 16 ans ça peut être compliqué. » Mais le jeu en vaut la chandelle pour la native du Gers. La vie de footballeuse professionnelle ? Coraline en rêve bien évidemment. Elle doit d’ailleurs intégrer les U19 Montpelliéraines la saison prochaine avec « comme projet de jouer avec la D1 d’ici deux ans. » Elle garde cependant la tête sur les épaules. « J’aimerais continuer dans le foot, après on ne sait pas de quoi demain est fait, ça peut vite s’écrouler. »