Crédit photo US Gaillac

C’est un véritable retour en puissance que font les Gaillacois depuis début 2022. En difficulté en début de saison, les Tarnais ont réussi à remonter la pente pour bien se positionner dans la course au maintien dans leur poule F à trois journées de la fin du championnat de Régional 3. Ce dimanche à domicile pour la 20ème journée de championnat, les hommes d’Abdelkader Medjahri pourraient frapper un grand coup dans l’opération maintien contre un adversaire déjà condamné, la réserve de Biars Bretenoux.

Dimanche vous recevez Biars Bretenoux, une équipe qui n’a plus rien à jouer car déjà condamnée. Vous de votre côté vous avez encore besoin de points pour assurer le maintien. Comment abordez-vous cette rencontre ?

Nous l’abordons comme toutes les autres rencontres jouées auparavant. Nous sortons d’une série de matchs difficiles où nous avons su faire le dos rond et prendre des points important. Nous savons tous que Biars viendra libéré et proposera un match ouvert. Biars est une équipe jeune et joueuse, qui pour moi n’est pas à sa place. A nous de mettre les ingrédients qu’il faut pour prendre les points qu’ils nous manque. Ce ne sera pas un match facile, nous en avons tous conscience.

Comme évoqué, Biars Bretenoux n’a plus rien à jouer. Cette situation les rend-elle d’autant plus dangereux à jouer ?

Bien sûr. C’est une équipe qui n’a plus rien à perdre, qui va faire 2h30 de route et avec un super état d’esprit. Mais le staff et moi-même avons confiance en notre groupe.

Le match aller dans le Lot s’est déroulé peu de temps après votre prise de fonction. Qu’avez-vous retiré de cette victoire 2-1 au Stade Municipal fin janvier ?

Je n’avais pas pu être présent au match (covid). Mais nous avions eu un match difficile ou nous avions su faire le dos rond pour l’emporter dans les tout derniers instants. Et dimanche nous aurons la copie conforme du match aller je pense.

Cette rencontre est d’autant plus importante qu’elle pourrait compter pour être parmi les meilleurs neuvièmes en fin de saison et éviter la relégation. Est-ce un facteur de motivation supplémentaire ou plutôt un gros risque car cette rencontre est un peu à double tranchant en cas de mauvaise performance ?

Nous avons un groupe qui a du caractère, qui sait où il se trouvait et surtout où il voulait aller. Les joueurs suivent les classements. Nous les avons informés également du règlement, s’il y a bien une équipe qui est motivé c’est l’US Gaillac. Tout le monde nous voyait morts. Nous n’avions plus rien à perdre également.

Sachant que Molières joue avant vous, avec un mauvais résultat de leur part et une victoire pour vous contre Biars Bretenoux, vous ne pourriez plus être dans les trois relégables. Seule la place de moins bon neuvième pourrait vous porter préjudice. Ça serait un sacré bol d’air pour vous non ?

Avec des « si », vous savez on peut faire beaucoup de choses, ma priorité reste l’US Gaillac. Le maintien se jouera jusqu’à la dernière journée.

Molières joue juste à côté, chez le voisin Giroussens. Vous serez au match ?

Non pas du tout. Il restera encore deux matchs de championnat après cette journée.

Lapanouse Foot

L’USG est sur une très bonne série avec six matchs sans défaite. Quels éléments ont contribué à une telle régularité ?

J’ai eu deux mois pour préparer le groupe, trouver une équipe type et mettre en place un système de jeu qui nous permette de prendre des points. Avec le staff, nous avions coché sur le calendrier les neuf derniers matchs de championnat. Nous savions que nous n’étions pas encore prêt à ma prise de fonction. Ensuite il est toujours plus facile pour un staff de travailler correctement lorsque les résultats vous sont favorables. Enfin, le collectif s’est mis en place, et aujourd’hui il est récompensé. Nous avons trouvé la bonne formule, et elle est payante. Les joueurs peuvent faire quelque chose d’exceptionnel, cela leur appartient.

Vous êtes un peu en train de réussir le pari annoncé à votre arrivée fin décembre, que certains pouvaient juger de fou, de redresser le navire Gaillacois et glaner le maintien !

Le maintien n’est pas encore acté. Il reste trois matchs à jouer donc 9 points à prendre. Nous parlerons de maintien le 12 juin 2022 à 17h00 après notre dernier match contre Onet le Château. Quand nous le serons et que tout cela sera officiel.

La dernière défaite date donc de début mars contre Bassin Aveyron, sur votre terrain. Elle faisait suite à deux revers consécutifs contre Mas Grenier et Figeac. Est-ce qu’au sortir de cette troisième défaite vous n’avez pas eu peur d’être retourné dans un cycle infernal comme l’a connu l’équipe en début de saison ?

Non pas du tout, le groupe avait pris conscience qu’il pouvait faire de belle choses. Nous perdons contre des collectifs bien rodés. Mais je peux vous garantir que ces équipes et ces matchs nous ont beaucoup servis. Nos défaites et j’inclus celle de Figeac, se sont joués à des détails. Vous pouvez appeler les coachs adverses. (rires) J’avais pris ces matchs comme des matchs de préparation, chose que j’ai annoncé au staff, aux joueurs et au club. Nous avons gardé le bon et essayé d’améliorer le reste. Nous savions que nous étions prêts, et comme j’ai annoncé au groupe notre championnat a démarré contre Molières à domicile.

Après Biars Bretenoux vous allez jouer Mas Grenier et finir par Onet. C’est du costaud pour un finish ! Ça sera peut-être plus compliqué de prendre des points sur ces rencontres-là non ?

Compliqué ? Non au contraire, il nous sera plus facile de jouer ces équipes-là une fois libérés. Nous jouons pour gagner, et prendre du plaisir à jouer au foot. Je préfère jouer ces équipes, elles sont mieux organisées, et développent un jeu intéressant. Mais cela peut être un joli finish. Rien n’est impossible dans le football…il suffit d’y croire et d’en avoir envie surtout.