Pour sa première sur le banc de l’équipe fanion des Caouecs après le départ d’Alain Benedet, Fred Larrieu a vu ses troupes prendre un point contre un concurrent direct : Castanet. Si Blagnac a encore son destin en main pour le maintien, il leur faut maintenant renouer avec la victoire ce week-end. Mais la tâche ne sera pas facile contre Agde, deuxième de la poule.

Aujourd’hui vous recevez Agde. Une des meilleures équipes de ce championnat cette saison. Ils l’ont encore prouvé lors de la précédente journée en battant le leader Alès. De votre côté vous allez honorer votre deuxième cape à la tête de l’équipe première. Qu’est-ce que vous en ressortez ?

C’était inattendu. Je n’étais pas programmé pour entraîner l’équipe une. J’avais repris l’équipe deux en cours de saison parce que les résultats n’étaient pas très bons. J’avais réussi à redresser cette équipe et surtout les résultats. Je me contentais de ça. C’était très bien d’avoir réussi à maintenir le groupe deux en R1. Il s’est avéré que les joueurs ont forcé le président à changer d’entraîneur. J’ai eu cette opportunité-là. Je m’y suis plongé de suite parce qu’il y a tellement urgence avec ce groupe mal classé. Ils avaient une série de défaites consécutives. Il a fallu un peu rallumer la lumière, reprendre vie et travailler. Ça a bien répondu aux attentes. Pendant la première semaine, ça a été bien compris par les joueurs. Ils se sont investis et ont eu les bonnes attitudes. C’était un match un peu crispé contre Castanet. Forcément, les deux équipes jouaient gros. Un match fermé qui n’a pas été très intéressant. On a cassé cette spirale de la défaite. Également, on n’a pas pris de buts. Ce qui était intéressant par rapport aux matchs précédents.

Effectivement, même si le match était compliqué, c’est la première fois que Blagnac ne perd pas depuis mi-février !

Voilà. C’était aussi intéressant au niveau du résultat. En ayant gagné contre Castanet au match aller, nous sommes devants si on est ex-aequo en fin de championnat. Il n’y avait pas que du négatif dans ce match. Les attitudes ont aussi été intéressantes. Je pense qu’on a un groupe de joueurs qui a vraiment de la qualité, notamment dans le jeu. En jouant, ils s’exposent beaucoup. Dans ce manque d’équilibre, à trop vouloir jouer, on prend des buts, et après ils doivent courir derrière le score. On a essayé de dénaturer un peu ce jeu. Même si c’est compliqué pour les joueurs. On est dans l’urgence, il faut absolument que l’on prenne des points. On aura certainement une attitude qui sera moins joueuse, un peu plus attentiste. Mais qui sera faite pour empêcher l’équipe adverse de nous marquer des buts et profiter des ballons gagnés pour pouvoir les mettre en difficulté. Le travail depuis trois semaines est bon, les attitudes sont bonnes. L’état d’esprit a changé. Les joueurs montrent plus d’envie. On sait que ce match d’Agde sera compliqué.

Justement parlons de cette équipe d’Agde. C’est du gros, du costaud qui vient pour votre première à domicile !

C’est une équipe qui certainement ne montera pas parce qu’elle est loin du premier, mais ils viennent de le gagner. En jouant ici libérés ils peuvent avoir une attitude libérée ou à l’inverse ne pas avoir envie. Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est qu’il faudra voir deux équipes avec des tempéraments différents : une qui veut se sauver et qui va se jeter sur tous les ballons, mettre la pression à l’adversaire, et une équipe qui, j’espère, aura moins d’envie et serra obligée de subir notre pression et, j’espère que c’est nous que l’emporterons à la fin.

Après le nul contre Castanet, vous avez eu une coupure. Avoir cassé la série de défaite, le groupe devait être un peu plus serein derrière aux entraînements !

Tout à fait. C’est mieux d’avoir un score positif quand on doit avoir un trou et se remettre au travail. C’est mieux que de prendre encore un coup sur la tête, encore une défaite et d’essayer de relancer la dynamique et de remonter le moral à toute la troupe. Quoi qu’il en soit, on le sait, ce résultat c’est une première échéance. Là, il reste quatre matchs. Ça va être quatre matchs où ça sera la guerre. Entre guillemets bien sûr. On n’est pas là pour s’entretuer. Le club est en difficulté par ses résultats. L’équipe une, c’est la vitrine du club. Blagnac est un fief du football régional et descendre en R1, ça serait une catastrophe. Les joueurs sont conscients de ça et ont l’envie profonde de se maintenir et de gagner Agde aujourd’hui. Le travail se fait dans ce sens. On travaille beaucoup les transitions et on est sur une bonne mentalité à l’entraînement, une bonne ambiance. On sent que le groupe reprend vie, et qu’il va se passer quelque chose.

D’autant qu’une descente ferait la bascule sur l’équipe réserve et pourrait faire très mal au foot Haut-Garonnais, si Colomiers chutait aussi…

C’est sûr. C’est paradoxal car en même temps, le Tef monte, et Rodez va certainement se maintenir. C’est une très bonne chose pour le football régional. Nous, nous sommes supporters de Colomiers et de Montpellier. On espère qu’ils puissent s’en sortir. Si les deux descendaient, ça amènerait quatre descentes. Si un des deux, voir les deux, pouvaient se sauver, ça nous arrangerait beaucoup. Ça ne ferait que trois descentes. Ça aussi, c’est quelque chose à prendre en compte. On ne pense qu’à nos résultats. On est cinq à jouer le maintien. Devant nous c’est déjà à cinq points. On espère être premiers de ces cinq à la fin du championnat.

Ce championnat va d’ailleurs se terminer par un calendrier chargé : Agde, Albères Argelès, le TFC et une confrontation directe contre Nîmes. Les Gardois, n’est-ce pas le match le plus important de cette fin de saison ?

Le plus important, ça sera celui d’aujourd’hui. Il déterminera notre dynamique et nos attitudes. Gagner aujourd’hui, c’est déjà prendre trois points sur une, deux voir trois équipes. Si on ne prend pas ces points d’avance, gagner, ça serait rester coller dans l’objectif. Perdre serait une catastrophe. Si en même temps, derrière ça gagne, on est obligés de courir après ces équipes. Sachant qu’on va au Tef, ils sont sur une grosse série, puis ont reçoit Nîmes. Recevoir Nîmes en ayant fait une victoire contre Agde, et un résultat au Tef, ça nous permettrait de l’aborder plus sereinement et avec un tempérament et une dynamique positive. Ce match est pour moi le plus important. Il faut absolument le gagner. Ça permettra aussi de libérer les troupes qui n’ont pas gagné depuis très longtemps. Ça conclurait aussi trois semaines de travail et de sérieux d’un groupe qui a envie de se racheter et de se maintenir.

Et en gagnant vous resteriez maîtres de votre destin…

C’est ça. Il ne faut compter que sur nous-mêmes. Évidemment, les matchs de confrontation directes vont éliminer ou neutraliser une ou deux équipes. Quoi qu’il en soit, on a notre destin entre nos mains. Maintenant, il faut aller conclure, faire le résultat et on fera tout pour y arriver.

Le club a-t-il lancé un appel pour faire venir le peuple Caouec dans les tribunes ?

Je ne sais pas s’il faut faire un appel. Mais tous les adhérents du club et licenciés sont au courant de la situation. On espère qu’à 18h à Andromède, il y aura une ambiance et du peuple pour nous aider à débloquer cette situation et aller gagner ce match.