C’était un match fou auquel les supporters ont assisté ce samedi à Beaucaire dans le cadre de la 23ème journée de National 3. D’abord menés 2-0, les Castanéens ont su revenir dans le match pour même mener au score, et finalement concéder le point du match nul. Un point dont Cyrille Lacombe et ses troupes devront se contenter pour le moment dans l’optique du maintien.

Vous faites match nul 3-3 à Beaucaire ce week-end, un peu à l’image de cette journée de championnat où les matchs nuls ont été quasiment partout. C’était un peu un coup d’épée dans l’eau ce week-end foot en N3 non ?

Oui tout à fait. On va dire que c’est une journée qui ne fait pas avancer le championnat. On est toujours au même stade.

Un 3-3 à Beaucaire reste sur le papier, une belle opération contre un gros adversaire. Mais au regard de la physionomie du match, vous retournez la situation pour mener 3-2 puis vous vous faites rejoindre. Est-ce qu’on ne ressort pas frustrés d’un tel match ?

Au regard de notre entame de match, non il n’y a pas de frustration. On perd rapidement 2-0 au bout de 20 minutes de jeu. On rentre vraiment très mal dans le match. Après, oui, il y a de la frustration. On revient à 2-2, puis on mène 3-2 à la mi-temps. En début de seconde mi-temps, on reprend cette égalisation. Oui on est un peu partagés.

Entre la frustration de ne pas avoir pu garder ce score, et la fierté d’avoir renversé la vapeur !

Voilà tout à fait.

Le point noir de cette rencontre ce sont clairement les entames de périodes. Comment l’expliquez-vous ?

C’est surtout un manque de concentration et d’attention sur les phases arrêtées.

Cette journée de foot vous permet de vous détacher de Nîmes, seule équipe ayant perdu ce week-end. Comment vous vous situez dans l’optique du maintien sachant que Colomiers a fait une belle opération en N2, ce qui pourrait être intéressant pour vous ?

Ce qui se passe au-dessus, je ne m’en préoccupe pas. Je me préoccupe surtout de mon groupe et surtout de la performance de mes joueurs. Si on a la chance d’aller chercher les trois victoires, on sera sûrs d’être maintenus. On sait qu’on n’a pas le droit au moindre faux pas. C’est très serré de Muret jusqu’à Narbonne qui n’est qu’à cinq points de nous. On se doit de finir du mieux possible cette saison et les trois matchs qui nous restent à aborder avec un très gros déplacement à Agde le week-end prochain.

On va évoquer ce déplacement à Agde, et la suite du championnat pour vous qui s’annonce assez gratinée avec Agde, puis le TFC pour finir par le duel contre Nîmes. Ce maintien, il faudra aller le chercher aux forceps !

Il va falloir aller le chercher aux forceps, au mental. À nous d’être prêts et performants en commençant par Agde ce week-end. Après, on sait très bien que dans notre poule, il peut se passer tellement de choses d’un week-end à l’autre, qu’on doit s’occuper de nous, et après, on verra ce qu’il se passe.

Il reste donc trois matchs, dans le meilleur des cas, vous visez de ravoir votre destin entre vos mains avant de jouer contre Nîmes, un concurrent direct ?

Bien sûr même si on sait très bien que ça se jouera jusqu’à la fin pour nous.

Pour aller chercher ce maintien, le match de Beaucaire peut-il devenir un match référence et notamment le mental qu’il aura fallu pour revenir dans le match ?

Non je ne peux pas dire ça. Comme on le voit, d’un week-end à l’autre, tout est différent. Oui, on peut se servir de ce qui a bien marché et de ce qui n’a pas bien marché. Mais tous les week-ends, c’est un autre match avec des confrontations différentes. Je ne peux pas dire que c’est un match dont on va se servir. On doit surtout se servir de la réaction qu’on a eu et l’état d’esprit affiché lors de cette rencontre.