S.Dartayet (Nîmes Chemin Bas) « Si on veut finir avec un titre, il va falloir gagner à Anduze »

S.Dartayet (Nîmes Chemin Bas) « Si on veut finir avec un titre, il va falloir gagner à Anduze »

22 mai 2022 0 Par Nicolas Portillo

En déplacement à Anduze pour le compte d’un match en retard en poule A de Régional 2, Nîmes Chemin Bas n’a pas le droit à l’erreur cet après-midi. Stéphane Dartayet et ses hommes doivent obligatoirement s’imposer lors du derby Gardois pour espérer être encore en course dans la course au titre avec Montpellier Atlas Paillade.

Vous jouez ce dimanche un match en retard à Anduze. Une rencontre capitale pour espérer rester dans la course avec Atlas Paillade !

C’est sûr que c’est notre dernière chance pour essayer de récupérer la première place. Si on veut finir avec un titre, il va falloir gagner à Anduze. Après, on ne sait pas trop au niveau des montées si les deux premiers montent. D’après les simulations, nous serions dans les meilleurs deuxièmes. Mais ce n’est pas une bonne place. Il faut terminer premiers pour être sûr et enlever toutes les incertitudes de la deuxième place. Après on est aussi en attente du résultat d’Atlas contre Petit Bard. On attend de savoir quel dénouement sera donné à ce match.

Un dénouement qui pourrait potentiellement vous être fatal comme, selon votre résultat à Anduze, offrir un final haletant…

Oui bien sûr. Après, on verra comment la commission de discipline statue sur ce match-là. On verra bien. Pour l’instant, ça se passe sur le terrain. Notamment ce dimanche, il faut faire un bon résultat et essayer de gagner.

Quand vous dites que ça se passera sur le terrain. Est-ce que contre Anduze, on ne verra pas des Nîmois revanchards après le 2-2 du week-end dernier ?

On ne peut être que revanchards quand on laisse deux points filer dans une course à la montée. Sur le but qu’on encaisse, on ne peut s’en prendre qu’à nous-même. Bien entendu, les joueurs auront envie de rebondir et après notre parcours à l’extérieur est un peu moins compliqué donc ça nous laisse de l’espoir. Il est moins compliqué par rapport aux matchs à domicile où les équipes viennent, elles sont regroupées. Ils viennent pour essayer de prendre quelque chose, ils sont recroquevillés derrière sur un bloc bas. Nous avons du mal à contourner ce bloc. C’est comme ça. À l’extérieur, c’est un peu moins fermé.

D’autant qu’Anduze a énormément d’enjeu sur ce match en retard, un nul n’arrangerait personne…

Oui c’est leur dernière chance vu qu’ils ont perdu ce mercredi à Uchaud. Ils vont devoir sortir pour gagner le match. On peut s’attendre à du jeu. Après il faudra prendre connaissance des conditions de jeu. Seront-elles réunies pour pratiquer un beau football ? On ne sait pas. Anduze, pour connaître le terrain, il n’est pas très grand. On ne connaît pas l’état de la pelouse. Il faut que les conditions soient réunies aussi. Sur un synthétique, je vous aurais dis oui que mes joueurs vont produire du jeu. Mais là, il faut voir l’état du terrain. Il y aura beaucoup de duels. C’est un terrain petit avec peu d’espace. Il va falloir gagner du terrain, essayer de faire du jeu si on peut. J’espère qu’on ne le fera pas dans notre moitié de terrain. Ça évitera de prendre des buts comme on a pris dimanche dernier.

Pour en revenir aux objectifs de saison. Si la montée vous échappait. Ça serait un échec pour vous ou la montée et le titre ne seraient qu’un bonus ?

Par rapport au début de saison, avec notre effectif rajeuni et pas mal d’U20 dans l’effectif, ce n’était pas l’objectif prioritaire du club. Après, suite à notre parcours en Coupe de France et par rapport aux performances qu’on a faites contre Frontignan et contre Agde, on s’est dit que nous étions capables de faire du jeu. Maintenant, il faut aussi montrer qu’en championnat, nous sommes aussi capables de reproduire ces matchs-là. Après au fur et à mesure, nous avons senti que l’équipe été mobilisée. À la trêve, on a défini cet objectif de monter en R1 car nous avions le potentiel par rapport aux matchs déjà joués. On a vu que nous étions dominateurs sur certains matchs presque du début à la fin. On était solides défensivement. On avait des armes pour accéder à cet objectif. Il s’est défini après la Coupe de France. Pour l’instant, nous ne sommes pas loin de le réaliser. Si on ne monte pas en R1. Pour moi, ça serait un très gros échec.