M.Gayral (Castanet) « Prendre des décisions et arrêter de réfléchir »

M.Gayral (Castanet) « Prendre des décisions et arrêter de réfléchir »

31 mai 2022 0 Par Nicolas Portillo

A la peine il y a quelques semaines, les Jaunards ont su devenir bien plus incisifs en ces dernières semaines de compétition. Après être sortis le week-end dernier de la zone rouge, Meddy Gayral et ses coéquipiers ont enchaîné un deuxième succès à l’occasion de l’avant-dernière journée de National 3. Une victoire 4-2 contre la réserve du TFC qui leur permet de garder leru destin en main avant la dernière journée de championnat.

Vous l’avez emporté 4-2 contre le TFC ce samedi. Une victoire qui fait du bien et vous permet de garder votre destin en main avec le succès de Blagnac !

Exactement. Cette victoire était importante et primordiale. Surtout qu’on se doutait qu’il y aurait derrière une victoire soit de Blagnac, soit de Nîmes. Ça nous engageait obligatoirement à gagner. Du coup il ne nous reste plus que le dernier match à gagner.

Vous receviez le TFC, une équipe en forme cette saison. Comment avez-vous su faire la différence ?

Déjà ils avaient une équipe assez jeune chez eux par rapport au match aller. On sentait qu’il y avait une différence d’envie. Dans le sens où nous jouons notre vie et eux étaient seulement là pour jouer un match de foot. C’est ce qui a fait la différence. Ça se voit sur les coups de pieds arrêtés où on marque trois buts. On a pu le sentir sur le terrain.

Castanet a aussi été dans le dur ces dernières semaines. Pourtant on a l’impression de voir un déclic dans les rangs Jaunards depuis le nul contre Blagnac non ? Ça tombe à pic qui plus est !

Oui tout à fait. On a commencé à être dos au mur. On a commencé à devoir prendre des décisions, arrêter de réfléchir et devoir gagner. On doit simplement réagir. On n’est pas mauvais sur ça. Après, on ne sera pas mauvais sur ça, si on termine sur une victoire samedi.

C’est un retour aux sources, à la base des valeurs de Castanet qui vous permet un tel état de forme ?

Oui tout à fait. Quand on se laisse un peu aller et qu’il y a des moments de flottements dans la concentration et peut-être de l’envie. La saison est longue avec des blessés. On a retrouvé une unité qu’on a peut-être en début de saison ou l’année dernière. Ça nous permet d’enchaîner les bons résultats et de retrouver une énergie collective.

Pour retrouver cette énergie collective, quel a été le déclic ? Une causerie de coach ? Une discussion collective ? Un coup de gueule ?

On a fait une série de quatre victoires à l’intersaison. Après on s’est relâchés. On avait conscience de la situation tout simplement. On est une équipe qui réagit d’une certaine manière face à certaines situations. C’est vraiment un point sur lequel nous devrions travailler. On s’est un peu mis dans la difficulté en se laissant un peu aller. Du coup, nous étions conscients qu’il fallait que l’on réagisse à un moment-donné. Ça a commencé par le match de Blagnac avec ce match nul pour retrouver le fait de marquer des points. Après, nous avons réussi à enchaîner petit à petit des victoires importantes et qui étaient primordiales.

Nîmes lors de la dernière journée. Un adversaire déjà condamné. Est-ce un match que vous devez redouter encore davantage maintenant que votre adversaire n’a plus de pression ?

C’est le genre de match piège tout simplement. C’est un match piège car ils joueront sans pression étant donné qu’ils descendent. Nous, nous aurons la pression du résultat sachant qu’on dépend aussi de ce que fait Blagnac. Dans tous les cas, il faut faire mieux que Blagnac pour espérer se maintenir. Effectivement ça peut être le match piège. On pourrait se dire qu’ils n’ont plus rien à jouer, que nous, nous avons à jouer, et donc que ça va se faire. Mais on sait très bien que dans le foot, ça ne se fait pas comme ça. Il va falloir être efficace et rigoureux comme si Nîmes jouait aussi son maintien.

Comment on prépare ce genre de match ?

Un peu comme les autres rencontres. Ça ne sert à rien de se mettre une pression inutile. On doit rester concentrés sur nous et sur ce que nous devons faire. Ça reste un match de sport et de football. On doit le jouer avec une pression positive et une envie qui sera certainement là pour assurer le maintien. Il faut arrêter de discuter et juste agir.