J.Petit (Toulouse Métropole) « Une fierté pour les joueurs de gagner un championnat »

J.Petit (Toulouse Métropole) « Une fierté pour les joueurs de gagner un championnat »

1 juin 2022 0 Par Nicolas Portillo

Retrouvez en intégralité l’interview de Jérémy Petit que vous avez pu voir dans notre édition précédente d’Occi Mag. Le coach des U20 de Toulouse Métropole évoque le titre de champion de son groupe et sa pige avec l’équipe réserve jusqu’en fin de saison.

Vous finissez champions U20 Régionaux. Est-ce qu’en début de saison c’était un objectif fixé ou vous étiez plutôt dans l’observation après deux années de pandémie comme votre équipe sénior ?

Déjà, vous connaissez le championnat U20. C’est un championnat où il n’y a pas de montées, pas de descentes. L’objectif, c’est toujours de finir champion. Mais après, l’objectif était surtout de préparer les jeunes à pouvoir intégrer le plus vite possible les séniors.

Ce titre c’est un peu la cerise sur le gâteau pour vous !

Voilà c’est ça. C’est une belle cerise et une fierté pour les joueurs de gagner un championnat bien sûr.

Quels ont été selon vous les éléments importants qui ont conduit à ce titre ?

Surtout notre cohésion. On a été un groupe soudé dès le début. Il y a eu beaucoup de joueurs de l’extérieur que j’ai pu ramener. Le monde a de suite pris. On a fait des sorties ensemble, des sorties restau, bowling, karting. Pour moi, c’est ce qui a favorisé la solidité du groupe.

D’autres coachs évoquent une formation à compléter, une formation qui a des manques avec ces deux années covid pour les jeunes joueurs. Est-ce un paramètre que vous avez dû prendre en compte ?

Il y a surtout eu beaucoup de manque d’intensité parce que ça fait deux ans qu’ils ne jouaient pas. Beaucoup étaient faibles tactiquement. Il y avait quelques lacunes, après il faut toujours avoir des bases. Mais bien sûr, ces deux années de covid ont vraiment fait mal aux joueurs.

Et au-delà du titre de champion U20, votre équipe a-t-elle pu monter en puissance pour toquer à la porte des séniors ?

Sur cette fin de saison, il y a eu beaucoup de mouvements. Les coachs de l’équipe réserve en R2 ont été écartés. Comme le championnat U20 était terminé, j’ai repris l’équipe réserve et je finis les dernières journées avec eux. Depuis le début de saison, il y a quasiment une dizaine d’U20 qui sont montés en séniors, dont quatre lors du dernier match. Avec également un jeune de U18 qui était titulaire avec l’équipe première. L’objectif du club est surtout de faire confiance aux jeunes avant d’aller chercher et de recruter des joueurs à droite, à gauche. Avec le coach de l’équipe première, on s’entend super bien. Chaque lundi, ils font un entraînement avec les U20 et U18 qui ont été les plus assidus pour commencer à leur faire la passerelle en sénior.

Et pour l’objectif maintien avec l’équipe de R2, comment comptez-vous procéder ? Vous pensez inclure encore davantage vos U20 et leur cohésion de groupe dans ce projet ?

Je ne vais pas vous le cacher, le groupe R2 a été quasiment explosé. Beaucoup de joueurs ne sont pas revenus suite aux résultats, suite au changement de coachs. Avec le directeur sportif, Fabrice Dubois, l’objectif a été de mettre du renouveau, de la jeunesse, de la fraîcheur. J’ai quasiment fait monté une dizaine de joueurs en R2. Le week-end dernier, nous sommes allés gagner à Perpignan alors que nous avions pris un rouge pour notre gardien en première mi-temps. Il y avait six jeunes sur les 14 de la feuille de match. Je ne vous cache pas que l’objectif maintien est à 80% impossible. On ne va pas se leurrer. Mais l’objectif, si on est encore là la saison prochaine, c’est de pouvoir la préparer pour espérer remonter. L’équipe une est en R1. R1/R3, il y a un fossé pour les joueurs qui descendent. Je pense qu’il faudrait repartir avec de la jeunesse, quelques cadres. Le championnat R3 est difficile mais ça permettrait aux jeunes de déjà s’aguerrir pour le monde sénior.

Ça serait en quelques sortes la continuité de la ligne de conduite de Toulouse Métropole, à savoir mettre en avant la formation pour qu’ils aillent jusqu’aux équipes séniors…

Mardi dernier on a fait un match amical contre l’équipe deux de St Alban. Il devait y avoir 14 joueurs U19 chez nous ! Ils ne sont même pas comptés comme U20. On a perdu 5-4, mais c’est pour préparer l’année prochaine avec quelques recrues. Il y a de la qualité dans ce club. Les jeunes sont intéressants.

Et en évoquant la saison prochaine. Vous nous avez confirmés récemment votre confirmation comme coach de l’équipe réserve pour le prochain acte. C’était un objectif pour vous ?

Mon objectif est clair. J’ai demandé au club et au directeur sportif de garder l’équipe réserve pour prendre de l’expérience dans le monde sénior. Malgré mon jeune âge de 26 ans, je jouais avant à Luzenac, j’ai arrêté suite à une blessure. Mon objectif était de garder cette équipe avec un rôle de dirigeant. On m’a aussi proposé un rôle de responsable de l’école de foot qui pouvait aussi être intéressant. J’ai eu aussi quelques propositions, mais mon objectif était de pouvoir rester ici sur un bon projet intéressant. Là, les jeunes, je les connais avec les U20. On a été soudés donc l’idée est pour ma part de continuer avec ces jeunes et quelques recrues car il faut toujours de l’expérience pour pouvoir cadrer cette équipe.

D’autant qu’en prenant vos U20 de cette saison, vous gagneriez du temps sur la cohésion de groupe…

Bien sûr. Là on peut gagner du temps. Sur les deux derniers matchs, je vais encore faire jouer des jeunes. Je suis appuyé par Jean-Pierre Fiol qui est avec moi comme je n’ai pas le BEF. Il m’aide et me donne ses conseils car c’est quelqu’un de connu dans la région.

Et vous avez évoqué les échanges avec l’équipe une. On a l’impression, à entendre ce que vous dites, que tout rôle avec une cohésion globale du club toute catégorie !

Avec Olivier Hernandez, on s’entend bien. Je le considère comme mon père. On a beaucoup d’échanges ensemble. Le club mise vraiment sur la jeunesse. On fait la passerelle U20/Séniors 1 depuis le début de saison avec des entraînements communs le lundi. Il faut repartir sur ces bonnes bases la saison prochaine.