Bryan Marjoux (Blagnac) « C’est la première fois que le club monte en U19 Nationaux »

Bryan Marjoux (Blagnac) « C’est la première fois que le club monte en U19 Nationaux »

9 juin 2022 1 Par Nicolas Portillo

C’est une fin de saison historique que se sont offerts les U18 Caouecs. Pour le plus grand plaisir de leur coach, Bryan Marjoux, les jeunes Blagnacais ont su refouler deux années de frustration sans football sur le terrain pour finir champions régionaux U18. Un titre qui leur ouvre la porte vers une aventure encore plus belle : le championnat U19 Nationaux la saison prochaine.

Ça y est championnat terminé, vous êtes champions Régionaux et montez en Nationaux l’an prochain. J’imagine que ça doit être une très grande fierté d’avoir mené un tel projet à son terme !

Oui c’est une grande fierté d’avoir réalisé ce parcours et d’avoir cette récompense à la fin. C’est historique pour le club. C’est la première fois que le club monte en U19 Nationaux. Ils étaient montés en U17 Nationaux, il y a six ou sept ans, mais jamais en 19. C’est une grande fierté pour moi, pour mon staff et surtout pour les joueurs qui maintenant arrivent à réaliser. Pendant les premiers jours, entre le match de la montée, et le dernier match de championnat qui était sans enjeu, nous avons eu du mal à réaliser pendant cette semaine et nous avons beaucoup savouré.

Vous deviez être un peu comme un champion du Monde qui ne réalise pas encore qu’il a gagné la médaille d’Or !

Voilà. On se demandait ce que l’on faisait là quand nous avons été sacrés. On s’est dit que nous allions recevoir Nice, Marseille, Monaco, en espérant être dans cette poule. Sinon ça sera plus en Bretagne. On a eu du mal à réaliser et on a toujours un peu de mal. Mais là, comme on s’est un peu tournés vers la saison prochaine, on arrive un peu plus à réaliser. Sur le coup, ça a été une émotion énorme.

Vous évoquez le fait de recevoir des équipes comme Nice ou Marseille, mais vous avez aussi des réciproques comme vous déplacer dans des installations réputées comme le long de la Canebière…

Quand on regarde le championnat dans lequel nous évoluerons la semaine prochaine. Nous irons à Monaco, à Nice, à Marseille, à St Etienne, Bastia, Ajaccio. Il y a le voisin, le TFC. Ce sont des déplacements qui seront superbes à vivre pour les joueurs, comme pour nous le staff ou les parents qui vont nous suivre. Ça sera une année dont ils devront profiter à fond. En espérant que nous pourrons en vivre une autre derrière avec une autre génération.

Ce projet représentait-il un objectif en début de saison ?

Pour ne pas vous mentir, personnellement c’était un objectif. Pour moi c’était acté dans ma tête. Il y a deux ans, malheureusement avec le covid, on nous a arrêté la saison à sept journées de la fin où nous étions deuxièmes derrière Rodez. Ça m’avait un peu coupé dans mon élan. L’an dernier, on n’en parle pas, nous n’avons pu jouer que cinq matchs. Pour moi, c’était un objectif. Je ne l’ai pas dit concrètement aux joueurs que c’était un objectif. Je leur avais dit qu’il fallait le jouer le plus longtemps possible. Au fur et à mesure de la saison, plus les matchs avançaient et c’est devenu un objectif après notre défaite en Gambardella contre Béziers en 64èmes de finale où nous avons vraiment vu sur ce match que nous avions le niveau pour aller jouer cette montée.

Vous avez ce match référence contre Béziers, mais quel a été le ciment de votre équipe Caouec pour aller chercher ce titre et cette montée ?

Notre force, c’était le collectif et l’esprit de groupe. Nous avions peut-être des équipes meilleures que nous sur le papier. Comme Canet ou Muret. Ils avaient des joueurs, je pense, meilleurs sur le plan individuel. Mais nous avons réussi à créer un groupe, à créer un système de jeu que nous n’avons pas changé tout au long de l’année. Nous avons commencé à le travailler dès avril dernier. Quand j’ai récupéré le groupe. Ce système, nous l’avons travaillé au départ, et à la fin, quand quelqu’un avait le ballon, il savait ce qu’il devait en faire. La qualité principal de ce groupe, c’est son esprit d’équipe et la solidarité des joueurs entre eux. C’est devenu un groupe de potes tout simplement.

Place à ce championnat U19 Nationaux. Il vous faudra voir pour élever encore le niveau contre de grosses écuries, habituées à ce championnat, parfois qui sortent de centre de formation. Quel sera votre plan d’attaque pour que votre groupe soit prêt à la rentrée ?

D’abord, il y a tout ce qui est organisation pour l’année prochaine avec en priorité le recrutement. Comme vous l’avez dit, face à des équipes pros, il faudra élever son niveau de jeu. Même contre les équipes amatrices de la poule comme Cannes, Colomiers ou Béziers. Il faudra en mettre trois derrière nous au classement. On a déjà commencé un peu le recrutement. Il va falloir recruter entre sept et neuf joueurs. Ensuite, nous verrons pour une belle préparation qui commencera en juillet. Après, ça sera à nous de bien prendre les premiers matchs de la saison, des matchs qui seront importants pour bien commencer. Suivant ce début de saison, nous irons chercher des points à droite et à gauche en espérant mettre trois adversaires derrière et se maintenir pour la génération suivante.

Et pourquoi pas avec la génération suivante aller d’abord chercher une nouvelle belle épopée en Gambardella.

Ça sera la tâche des 2005. Grâce à la montée, le club rentrera en 64èmes de finale.