Un déplacement pour survivre pour Saverdun et son coach Sebastien Lasserre. Le club Ariégeois a su reprendre du poil de la bête ces dernières semaines dans sa poule E de Régional 3. Après avoir su prendre le dessus il y a quelques semaines contre St Jean du Falga contre un concurrent direct. C’est cette fois, Carbonne qu’ils affrontent, pour espérer passer devant les Haut-Garonnais en cas de succès et se maintenir définitivement.

Saverdun joue sa survie en Régional 3 ce week-end. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur les conditions qui ont amené à cette saison difficile ? 

On a bien commencé la saison. Il y avait un état d’esprit de travail que le club ne connaissait pas au départ et qui a bien pris. Cette Coupe de France, nous a fait beaucoup de mal. Je me suis aperçu que les gens n’étaient pas prêts émotionnellement pour vivre ça. On a fait un sixième ou septième tour de Coupe de France. On élimine le Girou, Castelnaudary, on perd contre un club Nîmes Chemin Bas. C’est toujours sympa de vivre une aventure en Coupe de France. Mais il y a vraiment eu un coup au moral à l’élimination. On a eu beaucoup de mal à s’en remettre. 

Comment avez-vous fait justement pour vous en remettre ?

Pour s’en remettre, il a fallu mettre beaucoup de rigueur dans les séances notamment. Mais il n’y a pas forcément eu le retour. Un certain nombre de joueurs n’avaient pas forcément le bon état d’esprit pour jouer à ce niveau et faire preuve de rigueur. Au final ça fait quelques semaines où nous sommes cohérents d’un point de vue football. Nous faisons des choses correctes avec un bon état d’esprit, une discipline plus élevée, une rigueur défensive un peu plus proche de la réalité. On ne gagne pas tous les matchs, mais ce n’est pas trop mal. 

En cas de maintien, on peut dire qu’il y a le potentiel pour faire quelque chose avec ce groupe de Saverdun la saison prochaine !

Il y a le potentiel pour faire quelque chose. Il faut avoir beaucoup plus de joueurs qui ont une mentalité de travail et d’ambition. Ils ne doivent pas prendre le football comme un simple loisir et afficher de l’investissement. Peut-être que c’est moi qui en demande trop. Quand j’en discute avec d’autres coachs, c’est un peu partout le même souci. On a mis en place une commission sponsoring en interne. Mais les exigences des instances sont très importantes pour des clubs comme le nôtre. Si on veut avoir un projet un minimum solide, il faut en passer par une fusion.

A la veille de la dernière journée de championnat. Que faudra-t-il pour aller chercher les points qu’il vous manque ?

Il ne va pas falloir prendre de buts. C’est notre cheval de bataille depuis le début de la saison. On prend beaucoup trop de buts. On a identifié les raisons de ces buts. On sait que c’est parfois un manque de discipline. Après on a pris quelques buts venus d’ailleurs aussi. Le gars, ce n’est pas sûr qu’il mette dix fois le même. On n’a pas forcément eu de chance aussi. Depuis que nous sommes plus disciplinés et rigoureux sur les consignes et le respect du bloc, nous avons passé un petit cap. Depuis quelques semaines, on prend encore des buts, mais on arrive à être meilleurs défensivement. On marque toujours autant de buts. On a une attaque à 37 buts. Pour jouer le maintien avec 37 buts, c’est qu’on ne pèche pas là-dessus. On a une animation offensive relativement intéressante. Malgré notre faible effectif, mais avec nos valeurs sûres, nous tâcherons d’être plus forts dans nos points forts et meilleurs dans nos points faibles. 

Quelle évolution tu vois par rapport à ces points faibles, à l’organisation depuis ton arrivée dans le club ?

Aujourd’hui, sportivement, je ne suis pas sûr qu’il y a une évolution. Il y a eu des freins par rapport au management. Des personnes ont trouvé que c’était trop. D’autres joueurs ont davantage fédéré au projet. On essaye de travailler dessus. Après en interne, beaucoup de mentalités ont évolué. L’avenir va dépendre de notre fin de saison. Je sais que notre fin de saison va ralentir ou arrêter le projet voir l’accélérer. Pour le projet, il faut absolument que l’on se maintienne en R3.