N.Bayod (District 31) « Retrouver de la sérénité, et des comportements plus en phase avec le football. »

N.Bayod (District 31) « Retrouver de la sérénité, et des comportements plus en phase avec le football. »

30 juin 2022 0 Par Nicolas Portillo

Le projet Touche Pas à Mon Foot a rencontré un premier succès avec quasiment 3500 vues pour sa vidéo Youtube. Le Vice-Président du District Haut-Garonnais, Nicolas Bayod, revient sur les tenants et aboutissants du projet qui pourrait peut-être en appeler d’autres !

Touche pas à mon foot a été lancé il y a quelques semaines. Ça doit vous faire plaisir d’avoir pu mener un tel projet à terme après seulement deux ans à la tête du District !

Oui, dans notre programme nous avions énoncé le fait de lutter contre toute forme de violence autour du foot, et des terrains. Cette année, ça s’est concrétisé avec ça. Ça fait un peu plus de six mois que nous étions dessus. Nous sommes déjà très fiers du résultat et notamment du travail accompli par Mon Cinématographe et toutes les personnes qui sont intervenues depuis le mois de novembre. Date où nous avons fait les premiers réunions avec le producteur. Après, le club d’Eaunes Labarthes a emboité le pas. On a réussi à tenir le calendrier, on voulait le sortir pour l’Assemblée Générale. C’est chose faite. Place à la communication pour être prêts pour le début de saison 2022-23 et voir ces chasubles verts que l’on espère voir un peu partout sur les terrains de Haute-Garonne.

Justement ces chasubles verts, comment ils fonctionneront ?

On est en train de formaliser le cadre des interventions des personnes, des bénévoles qui souhaiteront se rendre volontaires pour porter cette chasuble et jouer ce rôle de médiation autour du terrain. On communiquera dessus dés que ça sera validé par tout le monde. Les grandes lignes, c’est vraiment d’amener de la convivialité autour du terrain, plus de sérénité. Ça vient de l’accueil des équipes adverses sur un plateau. Ça sera une personne reconnaissable, qui va leur présenter où ils peuvent se changer. Les équipes qui vont se déplacer pourront à l’issu du plateau faire un retour positif au District ou négatif. Comme l’a très bien expliqué Marco (Sentein) lors de l’AG, notre but, c’est que lorsque l’on voit des retours négatifs qui se répètent sur certaines équipes, nous contacterons les clubs pour faire en sorte de comprendre pourquoi il y a des comportements qui ne sont pas aujourd’hui en phase avec le foot. Dans un dernier cas extrême, on pourrait prendre des sanctions. L’idée est surtout de retrouver de la sérénité, et des comportements plus en phase avec le football.

Même si la campagne était un projet de votre programme, on peut dire qu’elle tombe à pic après une saison qui a subit tant chez les amateurs que chez les pros pas mal de frasques extra-sportives !

Oui, c’était quelque chose que l’on avait déjà ciblé. Une problématique qui existait déjà. Après on a été élus en plein covid. En sortant de cette frustrant, pour beaucoup de personnes, elle se matérialise et s’exprime autour des terrains. A notre niveau, quand on voit ce qui a pu se passer notamment à St-Etienne, sur d’autres terrains mais aussi dans le monde amateur, en termes de communication oui ça arrive à point nommé.

Est-ce que ce projet de chasubles verts a valeur à être exporté auprès de la Ligue ou des Districts voisins ?

Oui, on part du principe que quand des bonnes choses sont faites à droite ou à gauche, à chacun de se les approprier, de se les mettre en place. Sur la Haute-Garonne, nous allons le mettre en place. On connait l’intérêt d’autres Districts qui ont déjà pris contact avec Marco. On ne sait pas si la Fédération a l’information. Si la Fédé prend aussi ce film en main, ça ne sera qu’une belle reconnaissance. Ce sont les actes qui vont compter, et l’utilisation de cette chasuble verte.

Au-delà de ce film, est-ce que d’autres campagnes sous le même format sont à l’étude ?

On va voir. On voit qu’il y a un certain engouement qui se met en place. Suivant ce qui est fait, ou n’est pas encore fait, ça nous donne des idées pour des sujets encore plus précis. Pourquoi pas renouveler ce type de petit clip vidéo de sensibilisation, soit pour la promotion, soit pour d’autres sujets précis et le mettre entre les mains de nos techniciens, nos formateurs, nos clubs et nos licenciés.

Et vous avez l’ambition de vous présenter au Festival de Cannes ? (rires)

(rires) Ce n’est pas prévu, mais après, on ne sait jamais. A titre personne, j’estime qu’il n’y a pas de limites à avoir. S’il y a de bonnes choses et qu’elles peuvent être reprises, peut-être pas Cannes, mais d’autres reconnaissances peuvent donner sa place au film. Ça mettrait en avant le District mais surtout les équipes qui ont mis les moyens techniques et humains importants pendant tous ces mois. C’est la récompense d’un travail. Nous sommes là pour le football. En tant qu’institution, notre objectif est d’améliorer le quotidien des clubs et de nos licenciés. Aujourd’hui, on voit qu’il y a une mutation au niveau de notre football amateur. S’il y a un appel à faire, c’est que nous avons besoin de monde pour remplir nos commissions, échanger, discuter et réussir à faire de tels projets et les aboutir. Une poignée de bénévoles aujourd’hui, ce n’est pas suffisant. Les salariés que nous avons aujourd’hui sont déjà surchargés de travail. Ça passe aussi par des moyens plus importants. Peut-être que par l’intermédiaire de ce type de projet nous pourrons attirer d’autres institutions intéressées pour nous aider à réaliser d’autres projets dans ce sens-là. Aujourd’hui, nous sommes contents du résultat. Le plus dur commence. C’est le cadre que nous donnerons à cette chasuble qui sera déterminant. Faire de la com pour faire de la com, ça sert à rien. A nous de bien cadrer les choses, et voir ce que l’on va attendre des personnes qui mettront cette chasuble pour le bien du football afin que ça n’ajoute pas de souci supplémentaire. Le chasuble vert ne pourra en aucun cas intervenir sur une décision d’arbitrage, un choix d’éducateur, c’est vraiment une médiation qui pourra s’interposer pour calmer les choses.

C’est un genre de délégué avec un œil neuf !

Oui c’est aussi responsabiliser les parents. C’est eux qui seront ciblés pour porter cette chasuble et peut-être se rappeler que l’essence du sport et du foot c’est prendre du plaisir, encourager ses enfants, qu’ils vivent des moments en équipes, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, il y a toujours quelque chose à retenir d’une victoire ou d’une défaite. La première des choses, c’est la responsabilisation lorsque l’on participe à un événement, que l’on soit acteur ou spectateur. On a un rôle à jouer, mais si chacun reste dans son rôle, ça va bien se passer. Là certains parents dépassent leur rôle de parent, se projettent dans leurs enfants qui viennent juste prendre du plaisir.