Arrivé dans un contexte compliqué en France, l’International Ukrainien Dmytro Ukrayinet va de nouveau enfiler les gants la saison prochaine en défendant les gants de St Orens. Le champion Olympique pourrait offrir une expérience certaine à ses nouveaux coéquipiers…

Vous êtes à St-Orens. Est-ce que vous pensez vous inscrire dans la durée ou cela peut être influencé par la situation politique en Ukraine ?

Je vis actuellement à Toulouse. Combien de temps je vais rester en France est une question très difficile. De nombreux facteurs peuvent affecter la durée de mon séjour en France.

Vous avez du vouloir retrouver rapidement le chemin des terrains, qu’est-ce qui vous a séduit dans le projet de St Orens ?

Les invités c’est bien, la maison c’est mieux ! Mon ami sourd m’a recommandé le St Orens Football Club. Lorsque je suis arrivé pour la première séance d’entraînement, j’ai été impressionné par les installations sportives, le système de travail du club et l’approche du processus d’entraînement.

Quelles seront vos ambitions avec cette nouvelle expérience ?

Nouveau pays, nouveau club, c’est un gros challenge et de nouvelles opportunités. Je suis très reconnaissant au président du club et aux entraîneurs de l’équipe pour leur confiance ! Ambition, bien sûr, la plus haute ! Encore une fois, la durée de mon séjour en France dépendra de nombreux facteurs.

Vous avec une expérience peu commune pour un joueur qui évoluera en Régional 2. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur votre médaille aux Jeux Olympiques ? Comment s’est passé la compétition ?

En tant que membre de l’équipe nationale ukrainienne, nous avons remporté deux Deaflympics (Jeux Olympiques des Sourdes) en 2009 et 2022. En 2013 et 2017, nous avons été médaillés d’argent des Deaflympics. Et je tiens à dire que les derniers Deaflympics ont été les plus difficiles pour moi et mon équipe. Le 24 février, lorsque la Russie a envahi l’Ukraine et a commencé à bombarder des villes, nous étions dans un camp d’entraînement en Turquie à ce moment-là. Le choc des gars ne peut pas être décrit avec des mots. Nous avons été coupés de notre famille pendant 3 mois. Nous avons pris l’avion pour le Brésil depuis la Turquie. Moralement, c’était dur, mais psychologiquement, nous étions déterminés à gagner. Dans le groupe, nous avons gagné 2-1 contre la Corée du Sud, 3-2 contre la France, 5-0 contre l’Egypte et perdu le match contre l’Argentine 1-2. En quarts de finale, nous avons battu l’Italie 2-1, en demi-finale, nous avons battu les champions des Deaflympics 2017, la Turquie 2-0, et en finale, comme vous le savez, nous avons battu la France 1-0.

Ces expériences seront-elles un point fort selon vous pour jouer avec St Orens ?

Tout défi est une expérience, avec l’expérience vous devenez plus fort. J’ai un grand désir d’atteindre le meilleur résultat avec ma nouvelle équipe de St Orens !