Après une saison compliquée pour le football Tarnais avec pas moins de cinq descentes dans les championnats Ligues pour une seule montée, il serait peut-être temps pour les acteurs du foot Tarnais d’essayer de travailler ensemble plutôt que se prendre pour cibles.

« Dans le Tarn, la problématique, c’est qu’on n’espère qu’une chose, c’est que le voisin se casse la gueule. » Les paroles de l’ancien coach de l’US Gaillac, Abdel Medjahri, n’ont jamais été si criantes de vérité. Dans cette saison difficile pour le foot Tarnais, ils étaient tristement nombreux par pure rivalité, ou jalousie, qui espéraient voir se casser la gueule le projet alléchant de l’AMTFA, ou les espoirs de renaissance de l’US Albi, ou encore ceux de Lavaur. Loin de l’union sacrée que l’on pourrait espérer pour ces clubs qui auront vécu une saison éprouvante (excepté Lavaur), c’est plutôt le désir de voir chuter les deux clubs Albigeois qui aura prédominé tristement cette saison. On peut tout de même se réjouir de voir que l’un des deux aura su se maintenir (l’US Albi). Quand à l’AMTFA, tout n’est clairement pas noir bien au contraire. Des résultats jeunes intéressants, une Coupe de D4, une montée en R3 (avec le titre de champion), certes la descente de l’équipe fanion fait mal. Mais Mika Bertrand et ses troupes auront su montrer des ressources qui ne peuvent qu’inspirer la confiance pour la prochaine saison. Malheureusement pour le Tarn, le constat est là, cette saison n’est pas forcément une réussite.

Le département sera le seul à attaquer la prochaine saison sans équipe évoluant au plus haut niveau de Ligue en R1. On excepte évidemment l’Aveyron de cette équation, son dernier pensionnaire, Onet, s’étant offert un ticket pour la division supérieure en N3. Alors qui de l’avenir pour le foot Tarnais ? Il serait peut-être l’heure de se serrer les coudes pour commencer. Plutôt que chercher le malheur du voisin, autant balayer devant sa porte et construire son propre avenir pour espérer des lendemains plus joyeux. D’autant que plusieurs clubs espèrent rapidement trouver, ou retrouver, une place au soleil dans le foot Occitan. De quoi espérer un ruissellement dont le foot local a bien besoin ?