Muté d’Albi Marssac au voisin de St Juery, Quentin Michel espère rapidement pouvoir se montrer efficace sous ses nouvelles couleurs pour coller à un effectif qu’il juge qualitatif et avec un gros potentiel.

Nouveau club et nouvelles couleurs pour vous avec cette arrivée à St Juery. Vous signez dans le club quasi-voisin en quittant Albi Marssac. Qu’est-ce qui vous a incité à signer à St Juery ?

Nouveau club et nouveau projet, du coup, nouvelles ambitions aussi. Pourquoi j’ai choisi St Juery ? D’abord parce que je voulais rester du côté de l’Albigeois car j’ai le boulot là-bas. Par choix de confort et c’est un projet intéressant. François Julien m’a clairement fait confiance pour ce projet. De fil en aiguille, je n’ai pas hésité à signer là-bas. Pour moi, c’était une opportunité.

Vous parlez du projet. St Juery c’est un club qui ne fait pas forcément beaucoup de bruit, mais grandit bien dans son coin et fait de belles performances en sortant d’une belle saison en Régional 2. Que pouvez-vous nous dire de la saison à venir justement ?

Je pense que St Juery est un club qui avance petit à petit à son rythme. Ils respectent leur rythme. Ils sont conscient que tout n’est pas acquis rapidement. Ils travaillent sur la longueur, sur la pérennité et à leur rythme. C’est un club qui, pour moi, a les capacités de faire quelque chose en R2 : remplir ses objectifs, de se maintenir, et puis pourquoi pas jouer les meilleures places.

Quand vous dites jouer les meilleures places ça serait un podium ?

Pourquoi pas. Je sors d’Albi Marssac où je suis resté quatre-cinq ans. Je sais ce que c’est d’avoir des ambitions. Pour St Juery, il faut prendre étape par étape. D’abord jouer le maintien, et si on l’acquiert rapidement pourquoi pas jouer le podium tout à fait. Mais après, c’est une poule compliquée, donc ça sera relevé.

En parlant justement de cette poule, vous allez retrouver vos anciens coéquipiers de l’AMTFA ! De belles retrouvailles pour vous !

Oui ça sera sympa. J’ai encore pas mal de copains qui sont restés à Albi Marssac. Ça va être un derby alléchant.

Et pour le reste de la poule. On s’y attendait avec les nombreuses descentes de R1, mais les poules de R2 sont très relevées. L’an dernier St Juery a fait un bon parcours. Que redoutez-vous au regard de l’adversité ?

Ça va être une poule relevée avec la réserve de Blagnac qui fera jouer des jeunes avec de l’énergie à revendre, Montauban qui a joué les plus beaux rôles pour la montée l’an dernier et est sans doute le club à surveiller pour la montée selon moi, Albi Marssac qui descend, je connais ce club, ils ont les qualités et ressources nécessaires pour jouer le haut du tableau et pourquoi pas une remontée. Ça va être intéressant à jouer. Il va falloir faire preuve de beaucoup de travail, de rigueur et de beaucoup de volonté.

De votre côté qu’espérez-vous apporter à l’équipe ?

Je fais d’abord du foot pour prendre du plaisir. Ensuite, il y a bien sûr l’esprit de compétition qui rentre en jeu. Individuellement, j’aimerais bien apporter ce plus à l’équipe, cette efficacité offensive. Individuellement, j’aimerais enchaîner les buts et les matchs sans avoir de pépin physique. Pour ça il va falloir bien travailler et être sérieux. Je pars du principe qu’on réussit individuellement à partir du moment ou collectivement on fait le nécessaire. Je mets d’abord l’aspect collectif avant l’aspect individuel. Je pars du principe que l’aspect collectif va primer sur l’individuel et permettra à l’individuel de se mettre en lumière.

Effectivement, ça ne sert pas à grand-chose que vous finissiez à 30 buts pour que votre équipe termine lanterne rouge…

Voilà. Après je me souhaite de finir à 30 buts (rires). Mais d’abord le collectif et s’il fonctionne, l’individuel fonctionnera aussi.

Vous avez mis l’accent sur l’espoir de ne pas avoir de pépin physique. C’est quelque chose qui vous a marqué sur la saison précédente ?

J’ai eu oui un pépin physique la saison dernière, mais rien de dramatique. C’était musculaire avec la fatigue et une saison intense à Albi Marssac. Je sais que l’an dernier, St Juery a perdu beaucoup de joueurs sur blessure. On sait pertinemment que pour tenir une saison il faut être préparés au mieux.

C’est une réflexion une nouvelle fois collective que vous faites…

C’est ça. J’en ai beaucoup parlé avec le coach, et il m’a fait part des nombreux pépins physiques. D’où le fait qu’ils méritaient mieux l’an dernier au classement.

Mais ça rend la chose d’autant plus intéressante. Vous évoquez que St Juery méritait mieux alors que l’équipe montait tout juste en R2. C’est la preuve de l’existence du potentiel !

Je n’ai pas assez de recul pour émettre un constat sur l’effectif. Mais de ce que j’ai vu aux entraînements et de ce que je connais, il y a des joueurs de qualité qui ont envie, qui ne lâchent rien et de bons jeunes aussi. C’est une équipe avec du potentiel c’est certain.

Comment se lance cette prépa justement ?

On a repris tout juste le 1er août. Avec les chaleurs, on en chie un peu mais les joueurs sont au travail. Les dispositions sont prises par les dirigeants, les bénévoles. On a de quoi bien travailler donc ça annonce une belle saison.