L.Calvet (Fonsorbes II) « (Tournefeuille) j’ai tourné la page et maintenant je suis à Fonsorbes »

L.Calvet (Fonsorbes II) « (Tournefeuille) j’ai tourné la page et maintenant je suis à Fonsorbes »

11 août 2022 0 Par Nicolas Portillo

Après une arrivée avortée à Tournefeuille, Laurent Calvet a pu rebondir rapidement en s’offrant un nouveau challenge intéressant avec la réserve de Fonsorbes. Sauvés sur le gong en Régional 3 la saison dernières, les jeunes troupes Haut-Garonnaises auront à cœur de progresser tout au long de l’année avec leur nouveau coach.

Vous allez débuter cette nouvelle saison sur le banc de Fonsorbes. L’intersaison aura été plutôt agité pour vous. Annoncé dans un premier temps à Tournefeuilles, puis maintenant à Fonsorbes. Qu’est-ce que vous attendez de ce challenge en Régional 3 ?

Comme le groupe sera très jeune, il faudra faire progresser ces jeunes pour qu’ils puissent, cette saison, ou dans les saisons futures, accéder à l’équipe première. Le but du jeu est d’être dans l’apprentissage du monde sénior et encore dans la fin de leur formation. Après ce sont quand même des joueurs très jeunes qui ont fait la seconde partie de la saison dernière. Ils ont déjà une expérience de la R3. Ils s’y sont d’ailleurs filés pour se maintenir à la dernière journée. Maintenant qu’ils ont fait le plus dur avec ce maintien, il s’agit de travailler dans le calme et la sérénité pour progresser le plus vite possible.

Ce travail dans le calme et la sérénité que vous évoquez, comment comptez-vous l’amener ?

Je vais l’amener avec mon expérience, ma personnalité. Être dur quand il faut être dur, calme quand il faut être calme. Être le plus honnête et le plus franc avec eux en faisant du bon travail à l’entraînement et en essayant de reproduire ce que l’on fait à l’entraînement lors des matchs pour progresser petit à petit sans se fixer tel ou tel objectif. Mais être dans la progression constante.

Et comment se passe cette reprise dans ce nouveau groupe ?

Là à Fonsorbes ça se passe très bien. Avec Xavier Bedos comme directeur sportif ça se passe bien. Le président est venu se présenter à moi très humblement. Pour l’instant avec les joueurs ça travaille bien. On est 100% focus football. Ça fait dix jours qu’on a repris. C’est étonnement une très bonne surprise. Je suis agréablement surpris vu la qualité technique et athlétique des joueurs et ça fait plaisir.

On va revenir un peu sur vous. On vous a connu ayant eu des gros projets en Régional 1. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet de « post-formation » de Fonsorbes ?

Après l’histoire de Tournefeuille, je m’étais mis en mode vacances. J’ai eu une grosse déception d’être pris puis après que l’on ne me prenne pas. Il y a deux versions qui existent entre celle des dirigeants du club et celle que plusieurs personnes m’ont racontées. Cette page a été compliquée à digérer. Je me suis mis en mode vacances sans club. La saison étant presque à la reprise, je m’étais dit que je verrais en décembre. Le président du Girou, Sébastien Salles, m’a appelé pour me demander ce que je faisais. J’ai précisé rien et il m’a évoqué que Fonsorbes serait peut-être intéressé. Derrière, Xavier Bedos de Fonsorbes m’a appelé. Comme je le connais bien depuis plusieurs années, par amitié pour lui, j’ai accepté le challenge.

Et sur le long terme aimeriez-vous vous fixer des objectifs ambitieux avec ce nouveau challenge ?

Non franchement maintenant avec les dernières saisons passées et l’expérience que je peux avoir positive ou négative du football d’aujourd’hui, je n’attends rien du foot. Aujourd’hui, on peut être là, demain ailleurs. On peut viser plusieurs choses et au final se retrouver à la porte le lendemain. J’attends absolument rien, je vis au jour le jour. Pour l’instant je suis à Fonsorbes avec l’équipe réserve et je ne calcule pas le reste. Je ne calcule pas mon futur. Certes, je suis un gars ambitieux, mais je ne dis pas que demain je serais là-bas ou plus haut. Je ne me prends plus la tête.

C’est un peu l’épisode avorté de Tournefeuille qui vous fait avoir cette philosophie ?

Non. Il y a l’épisode de Tournefeuille, mais il y a aussi les expériences dans les clubs passés qui font que le plus important c’est l’expérience entraîneur-joueurs. Malheureusement, quelques fois, dans les clubs il y a des gens qui sont dans le club mais ne travaillent pas pour. C’est plus mon expérience des années précédentes, et après celle de Tournefeuille qui me font dire que de faire de bons entraînements dans un bon groupe avec un bon coach c’est bien. Mais l’environnement autour du sportif peut des fois gangréner le club.

On va essayer de démêler un peu le sac de nœud avec Tournefeuille. Qu’est-ce qui s’est passé alors que vous aviez quasiment le contrat en main (sources Footpy) ?

Il y a deux versions en fait. Laquelle est la vraie je ne sais pas. Il y a la version que m’a donné Tournefeuille et une que d’autres personnes m’ont raconté. Je ne sais pas laquelle est la vraie, mais je ne veux pas le savoir. J’ai tourné la page et maintenant je suis à Fonsorbes. Ça a été un mal pour un bien. Seul l’avenir le dira. Je me doute très fort d’où vient le souci, mais je ne veux pas forcément le dire. Si à l’arrivée ce n’est pas ça, je n’ai pas envie de raconter des conneries. Il y a la version du club et celles que des gens du foot m’ont raconté comme quoi quelqu’un serait venu me casser du sucre sur le dos. Ce qui aurait fait que Tournefeuille ne m’ait pas pris en l’espace de 24h. Ça s’est joué en 24 heures ! On me dit oui le samedi et le dimanche soir, on me dit non.

C’était peut-être un signe que votre destinée n’était pas pour Tournefeuille !

Exactement. Après, comme je dis c’est un mal pour un bien. J’ai tourné la page. Si la version Tournefeuille c’est celle-là, tant pis pour eux et tant mieux pour moi car j’ai rebondi à Fonsorbes. Si c’est l’autre version, à l’arrivée c’est pareil, ça ne m’a pas empêché de retrouver un club. Maintenant je suis lancé et focus sur le football et Fonsorbes.