Au sortir d’une saison cauchemardesque ponctuée d’une descente en National 3, l’US Colomiers a du rebâtir un groupe pour repartir le plus conquérant possible. Le coach Columérin, Patrice Maurel, a souhaité rapidement tiré les enseignements de cet échec pour repartir ambitieux avec un nouveau groupe pour une nouvelle aventure.

C’est une saison particulière qui commence pour Colomiers qui vient de descendre en National 3. On sent votre désir de lancer un nouvel élan avec un recrutement très conséquent cet été !

C’était un gros échec la saison dernière. Il n’y a pas eu de tampons, on a été habitués à faire de très belles saisons, ponctuées par une relégation à mon sens logique. Comme on a pu déjà le faire par le passer, nous devions définir nos objectifs et après construire une équipe capable d’avoir l’envie de se mettre sur la première place. On a perdu des joueurs que l’on espérait conserver. Je pense à Kévin Cardinali. Mais on savait qu’on allait perdre des joueurs. Ce qui est assez paradoxal c’est qu’on place trois joueurs dans le monde pro. On perd Pierre Legrand qui part au Puy, Lilian Njoh, jeune joueur qui part au Mans pour trois ans et Moussa Faty qui part à Rodez. Encore une fois, malgré une saison difficile, notre formation a marché plein fer. Ça fait parti de ces jeunes dont malheureusement, on ne profite pas assez longtemps.

Ce qui doit rendre la chose aussi frustrante de descendre malgré la qualité de la formation…

Après c’est le foot, il faut digérer et après regarder devant. Le temps de la digestion a été long mais pour ma part je regarde devant. C’est comme ça. On s’est construit un effectif en fonction de ce que j’ai pu voir aussi d’un niveau que je ne connais pas. Sur les dix dernières années, tous les clubs qui remontent, ce sont des clubs du côté Montpelliérain avec des profils d’effectifs assez précis. Pour moi, la volonté, c’était un d’enrichir ce groupe, de le renouveler. Après c’est difficile. C’est toujours des crève-cœurs d’arrêter des Rémi Goril qui a été un joueur important pour moi. Après, ce sont des choix sportifs. On a des nouvelles orientations avec des joueurs d’autres régions. Des joueurs pas impactés par la notion de derby en venant d’ailleurs et avec des expériences N3. On a essayé de cibler des joueurs précis dans le Toulousain, mais aussi d’apporter quelques plus-values avec des joueurs extérieurs à la région. Voilà l’orientation qu’on a pris cet été. Vous allez découvrir des joueurs que vous ne connaissez pas. Je pense à Miguel Castro formé à Clermont, à Tom Luçon qui est sur plusieurs saisons à Montluçon. Après on a récupéré des valeurs sûres de la région en N3 comme William Nkoukou.

C’est un peu une nouvelle ère qui s’annonce à Colomiers…

Une nouvelle ère mais après nous avons déjà reconstruit des groupes. Quand j’ai eu l’arrivée de Thibault Metayer, Erwan Zelmat. On avait reconstruit il y a 3-4 ans. Là, c’est un peu le même esprit dans une division autre avec une projection autre. Pendant des années on a été, même si beaucoup l’ont oublié, le dernier budget de la poule de N2, avec des tops résultats. Cette année notre volonté, avec beaucoup d’humilité, on a l’envie de retrouver la N2 en s’installant sur la première marche. Pour ça, on sait que ça va être très difficile. Beaucoup d’équipes ont envie d’être sur cette première marche donc on travaille en fonction.

Vous ne vous en cachez pas donc. L’objectif c’est la remontée dés la première année !

C’est l’objectif et le challenge. Ce sont des choses qui n’arrivent jamais et encore plus sur le Toulousain.

Comme tu l’as dit vous n’êtes clairement pas les seuls à avoir cet objectif de montée. On peut penser à Béziers et Montpellier qui ont accompagné Colomiers dans la descente. La course sera longue…

C’est ce que je dis. C’est pour ça que je respecte tout le monde. Après, il y a des équipes du Toulousain qui se sont renforcées. On a conscience que beaucoup d’équipes ont cette ambition. C’est notre volonté, c’est l’objectif de départ et on travail en fonction en intégrant qu’on va nous empêcher de le faire. À nous d’être très forts !

Pour être très fort ça passera par une bonne prépa. Chose qui vous a fait défaut l’an dernier avec le covid qui est passé par là. Comment tu organises cette prépa estivale pour au top fin août ?

Déjà, on a pris du temps. On fait une prépa longue. Ce qui est top c’est qu’on a eu beaucoup de réussite pendant de nombreuses années et la seule année où nous n’avons pas pu nous préparer, on a eu même pas 15 jours de préparation, la sanction est directe. On sait l’importance d’une préparation, de se mettre en place, d’affiner le projet de jeu, de mettre en place l’assise défensive qu’on a complètement perdue l’an dernier. Une équipe qui performe et qui est en haut comme on a pu le faire pendant des années, c’est une équipe solide. C’est ce qu’on n’a pas été l’année dernière. Si je regarde, pas de préparation : sanction. On se prépare donc fortement avec beaucoup de matchs amicaux. C’est aussi un groupe neuf donc il faut se construire des expériences. Il y a beaucoup d’entraînements avec des joueurs disponibles. On travaille pour être prêts à une longue saison difficile.

Si on pense à ton cas personnel. Tu es resté en poste avec la confiance de tes dirigeants malgré la saison compliquée que vous venez de vivre. Le président, Flo Aït-Ali, nous l’avait expliqués, pour lui c’était important de pouvoir te confirmer malgré les difficultés. Pour toi, ça doit être important de pouvoir conserver cette confiance et cette pérennité dans ton travail !

Oui après j’ai beaucoup d’expérience. Ça a été une année difficile parce qu’on donne absolument tout. Après, on se pose. J’ai une grande confiance en moi et en mon travail. Après l’analyse de la réussite ou de l’échec, ça fait parti de l’expertise. Je suis concentré sur la saison qui vient, sur ce qu’on veut mettre en place et regarder devant. Ça fait longtemps qu’on est là, on a eu des tops résultats. L’année dernière, on n’a pas eu les résultats escomptés. L’objectif cette année est de retrouver une dynamique et surtout un niveau de résultats en adéquation avec le travail proposé.