C’est avec un groupe ambitieux que Luzenac se prépare pour cette nouvelle saison en Régional 1. Face à des écuries aux mêmes prétentions, Fred Ouvret et ses troupes devront faire preuve d’un solide mental et de valeurs propres au coach néo-Ariégeois pour aller chercher la montée finale.

On débute une nouvelle saison qui s’annonce riche en émotions du côté de Luzenac. Nouveau groupe, nouvelles ambitions, nouveaux adversaires. Comment se présente ce nouvel acte en terre Ariégeoise ?

On va être dans la continuité de ce que nous avons déjà proposé depuis que j’y suis, depuis 3 ans. On progresse d’année en année dans les classements. Même s’il y a eu l’année covid qui s’est arrêtée. On est toujours dans les hauts du tableau. Pour la saison qui arrive, on a envie de s’inscrire dans le plateau de tête pour jouer la montée avec les équipes qui la joueront.

L’objectif est donc affiché de jouer la montée cette année…

Oui, on a convaincu encore des joueurs à rester. Ces joueurs ont souhaité continué et resté car ils ont cette ambition. C’est vraiment une ambition commune dans cette idée.

Pour jouer cette montée, vous aurez une belle adversité. On peut penser à Narbonne qui voudra vite revenir N3, le Rodéo qui a très bien fini l’an dernier, St Estève qui s’est fait coiffer au poteau l’an dernier… ça promet un duel à quatre ?

Pas spécialement qu’à quatre. Il y aura certainement d’autres adversaires. Toutes les équipes seront dures à manœuvrer. Cette année on aura un championnat relevé, c’est vrai. Après, c’est le terrain qui décidera. On cite des noms, mais une fois sur le terrain… Narbonne, Perpignan, ce sont de bonnes équipes, on va les jouer, ils ont certainement une pensée similaire en évoquant Luzenac. Il y aura de belles affiches. Les joueurs auront faim et auront à cœur de faire de gros matchs. À la limite c’est bien. Quand on voit notre groupe, on est un peu dans une N3 bis. Narbonne, St Estève, le Rodéo ce sont des clubs qui y ont été. Ils ont déjà cette expérience. Luzenac l’a aussi. On aura un chapeau relevé avec de belles affiches.

Sans oublier la réserve de Canet qui profitera de l’expérience de son équipe fanion !

Bien sûr et puis ils travaillent bien. Ça fait quelques années que Canet plafonne sur le haut de tableau en N2. Ils ont aussi de grosses ambitions en voulant jouer en National. Ils ont fait de gros parcours en Coupe. Ils ont un effectif certainement pléthorique avec de la qualité dans cette équipe deux qui est montée de R2 en étant une des fortes réserves de la R2. Beaucoup d’équipes seront à prendre au sérieux. C’est un championnat qui demande beaucoup d’exigence. À nous de l’être et à avoir faim sur les matchs quand nous les jouerons.

Vous parlez d’avoir faim. Vous devrez justement avoir faim très vite avec une entrée en matière très compliquée avec le déplacement à St Estève. Vous serez limite obligés de faire un résultat lors de la première journée !

Après c’est le championnat qui est comme ça. On va se déplacer à St Estève. Ça sera le dimanche à 15h contre une équipe coriace. À la limite c’est bien aussi, ça nous met directement dans la réalité de ce championnat relevé. C’est bien. C’est une belle affiche d’entrée. Nous aurons certainement un gros match à faire si on veut ramener des points. On fait notre préparation avec cette idée. Et il ne faut pas oublier que nous aurons aussi l’entrée en Coupe de France avec un derby contre Foix, qui sera déjà une affiche à Paul Fédou à Luzenac.

De base la préparation est importante mais entre la réception de Foix, puis le déplacement en St Estève c’est un départ en fanfare !

Oui sachant qu’on va au Rodéo en suivant. On a vraiment deux gros déplacement d’entrée de jeu où on prendre connaissance de la vraie valeur du groupe. Il faudra de la solidarité pour ces deux déplacements. On a monté un groupe pour ça également. On est content des arrivées et d’avoir gardé l’ossature et le groupe qui a travaillé avec nous l’année dernière.

Ce début de championnat assez trapu face à deux autres potentiels prétendants à la montée, est-ce que ça ne vous fait pas peur en prenant en compte que deux revers vous mettraient en difficulté au goal-average particulier ?

Ça seul l’avenir le dira. Ce n’est pas que j’ai spécialement peur. Avec l’expérience que j’ai, je me dis que l’on va se déplacer deux fois. Nous aurons donc besoin d’avoir des éléments et des facteurs importants dans le groupe : de la solidarité, l’envie de jouer, l’entraide. Ça sera parmi nos deux éléments majeurs pour disputer ces deux premières rencontres. On sera prêts pour aller défier Perpignan lors du premier match chez eux.

On le sait une saison c’est long. À quoi se jouera la montée in fine ?

Ça se jouera à faire un bon championnat tout au long de la saison. Après, on ne va pas non plus se marteler en tête qu’il faut monter. On veut s’inscrire dans ce qui se fera de bon dans un championnat relevé. À nous d’être bons. Les joueurs ont envie de ça. On va les accompagner là-dessus pour faire en sorte de faire parti de belles équipes du groupe. Ce ne sont que des beaux mots en début de saison. Après, il faut le matérialiser. La vérité ne sortira que de la pelouse.