C’est une nouvelle page qui s’écrit pour le Blagnac FC après la descente de l’équipe fanion en Régional 1. Arrivé comme directeur sportif, Fabrice Dubois prendra également en charge le groupe R1 avec pour ambition principale de remettre le plaisir au goût du jour…

Nouveau projet à Blagnac après la descente de la saison dernière. Qu’est-ce qu’on peut dire de cette nouvelle ère pour un club qui ne demande qu’à repartir de l’avant ?

Déjà il faut digérer un peu cette descente. C’est chose faite avec un nouveau coach et un nouveau discours. On repart sur un projet complètement nouveau avec ce départ en R1. La force c’est d’avoir pu conserver 80 % de l’effectif !

Alors qu’une fuite des cerveaux aurait pu être à craindre avec cette descente et la proximité des clubs Haut-Garonnais encore en N3 qui auraient pu leur faire de l’œil !

Ils l’ont fait. Mais on a réussi à les garder car il y a une cohésion au sein de cette équipe. Des garçons qui voulaient se racheter sur une saison. Il y avait une volonté commune entre moi-même et les joueurs de travailler sur la prochaine saison. C’est pour ça qu’il y a très peu de départs.

Est-ce que vous avez essayé de mettre doigt sur ce qui n’a pas marché l’an dernier ou vous partez sur une nouvelle page ?

Non on part sur une feuille blanche. On ne parle pas du passé. J’ai un discours porté sur ce que l’on va mettre en place. On part vraiment avec une feuille blanche.

Cette feuille blanche, est-ce qu’elle se veut être ambitieuse dés la première saison ou vous vous donnez le temps de porter vos ambitions ?

Il y a toujours une phase de transition et de préparation. Comme je dis aux joueurs, je veux mettre l’humain au centre de notre projet. Avant tout, je veux qu’il y ait du plaisir et une belle aventure humaine. Si au mois de mars on a bien travaillé, on arrive à être sur le haut de tableau et on est présents pour jouer le sprint final, on le jouera, mais pas à n’importe quel prix. Il y a une saison de transition. On sait que Blagnac a le potentiel et tout ce qui va avec pour évoluer plus haut. Mais à ce jour, nous sommes un club de R1 dans une poule compliquée. Avant tout on veut remettre de l’humain, de la convivialité et remettre l’envie de travailler et de gagner des matchs. Après ça se fera au fur et à mesure si ça doit se faire.

Vous évoquez une poule compliquée. On pouvait s’y attendre avec autant de descentes de N3. On peut citer de belles écuries à côté de vous : Muret qui descend avec vous, Toulouse Métropole, Tarbes, Auch ou 2 Rives qui montent un projet… Il y a du lourd et rien n’est fait !

C’est pour ça, il faut beaucoup de prudence et d’humilité. Je crois énormément au travail et aux valeurs que l’on mettra sur le terrain. Si aujourd’hui Blagnac est en R1, c’est que c’est mérité. C’est à nous de remettre Blagnac à sa place mais ça se fera dans le temps avec beaucoup de travail et de rigueur.

Malgré la descente de l’équipe fanion, les Caouecs sortaient d’une belle saison dans l’ensemble avec l’équipe deux sur le podium, ou encore l’accession en U19 Nationaux… Il y a des points positifs pour repartir de l’avant !

Oui tout à fait, le club reste ambitieux. Il y a encore beaucoup de compétiteurs. Il faut le structurer pour être d’autant plus performants dans l’organigramme général. Il y a une volonté de partir sur une base et de s’améliorer au fur et à mesure et j’espère que les résultats nous aideront à avancer plus vite.

Avec cette casquette de directeur sportif en plus, quels sont vos objectifs pour l’ensemble du club ?

Déjà j’étais programmé pour être uniquement directeur sportif à mon arrivée. Les événements ont fait que je me retrouve à la tête et coach de l’équipe première en plus du rôle de directeur sportif. On a sectorisé le club en quatre catégories. Les U19 fonctionnent avec les séniors sur un gros groupe. On a une R1, une R2, une R3 et les U19. Ça fait un gros groupe de joueurs qui vont travailler ensemble. La préformation des U13 aux U18 est chapeautée par une responsable. On a toutes les équipes en R1 dans ces catégories. Ça permet de travailler dans la continuité. On a deux nouveaux responsables de l’école de foot qui se sont déjà mis en action et nous avons un pôle féminin qui est monté l’année dernière avec leur équipe en R2 et qui se développe avec de l’ambition mais en prenant le temps en essayant d’être meilleurs de saison en saison

Et ne pas brûler les étapes pour retomber comme un soufflet..

Non voilà. Les étapes et les niveaux sont intéressants. Maintenant il faut performer à l’intérieur du club, avoir une grosse cohésion et prendre du plaisir en venant à Andromède.

Comment vous allez mêler cette double casquette directeur sportif et coach cette année ?

Tout simplement, il faut déléguer. C’est pour ça qu’on a mis des responsables de pôles sur les secteurs annoncés. À partir de là, il y a une grosse confiance dans le travail et nécessairement une grosse présence. Aujourd’hui, si les choses fonctionnent et que les gens travaillent dans le même sens, ma grosse activité sera en tant que coach où j’ai une priorité pour faire performer l’équipe.

Vous seriez prioritairement avec l’équipe fanion et au soutien des autres pôles donc …

Le besoin y sera donc je serais également dans le travail de direction sportive, mais en déléguant et en faisant confiance aux gens en place.

Qu’est-ce qu’on peut souhaiter aux Caouecs cette année ?

De prendre du plaisir, que tout le monde s’éclate au bord des terrains, que le club soit bien structuré et bien organisé dans tous les secteurs du club. À partir de là, si chacun est à sa place et travaille, le club avancera comme il doit avancer. Un club comme Blagnac est une grosse locomotive. Aujourd’hui elle doit être à sa place. Avec des choses simples et beaucoup d’humilité, on met vraiment le travail et l’humain au centre de ce projet.