V.Leroux (Grenade) « C’est un gros morceau, 4 niveaux d’écart, ça commence à faire beaucoup »

V.Leroux (Grenade) « C’est un gros morceau, 4 niveaux d’écart, ça commence à faire beaucoup »

28 août 2022 0 Par Nicolas Portillo

Cet après-midi se continue le deuxième tour de Coupe de France. On y retrouve entre autre une belle rencontre des extrêmes en Haute-Garonne entre le Grenade FC et Boulogne Péguilhan. Pour l’adjoint des locaux, pensionnaires de D2, cette rencontre sera l’occasion de parfaire la préparation et l’état d’esprit de son équipe contre une équipe de R2.

Tu as repris les gants il y a 2 ans pour revenir dans ton « club de coeur » avec l’équipe 3 de L’Union St Jean. En plus vous faites une belle saison. Quelles sensations tu en as retiré ?

J’ai ressenti un sentiment de grande liberté, en passant de coach à joueur, je n’avais plus qu’à préparer mon sac et aller au foot avec mon frère. A Noël nous étions dans le ventre mou du classement avec 11 points de retard sur la JET leader. On fait une remontée folle, où l’on revient à égalité avec eux ! Vivre ce genre d’émotions est tellement kiffant. Je me rappelle encore d’un match à Auriac où l’on est mené 1-0, à 10 minutes de la fin, en 5 minutes on renverse la situation et on gagne 3-1. Je fais aussi du foot pour vivre ce genre de moment ; d’un match à l’Hersoise aussi où l’on se retrouve avec 5 joueurs de R1 dans le groupe, on gagne 7-1, un football fantastique durant 90 minutes.  Un grand bravo à la JET pour cette montée méritée et au Président pour le travail de titan qu’il fait avec ses bénévoles depuis qu’il a relancé le club : double montée en senior, les U17 Nationaux. 

Tu n’as pas été tenté de rempiler ?

C’était l’idée, mais une nouvelle opportunité professionnelle s’est présentée à moi, l’ayant accepté, je n’aurais pas eu le temps d’être présent et investi à 200%, comme je l’ai toujours fait. 

Aujourd’hui te voilà donc adjoint à Grenade, en D2. Raconte-nous un peu le parcours qui t’a amené dans cette nouvelle aventure.

L’opportunité Grenade s’est présentée par l’intermédiaire du coach Diego Bompa, qui m’a fait un marquage à la culotte depuis 2 ans, marquage s’est intensifié toute la saison dernière. Ce mec est fou (rires). Plus sérieusement, nous avons pas mal échangé sur ce qu’il attendait de moi, ce que je pourrais lui apporter, ce dont il avait besoin, et il a surtout était très à l’écoute de mes futures contraintes professionnelles. Puis ce club de Grenade a toujours eu une bonne image à mes yeux : convivial, familial et ambitieux.

Le club a d’ailleurs connu quelques changements avec notamment une nouvelle présidence. Peux-tu nous en dire un peu plus sur le projet de Grenade sur les court, moyen et long termes ?

Déjà j’ai forcément une pensée pour l’ancien Président qui a pris du recul, Thierry Anel, mon premier coach en senior il y a plus d’une dizaine d’années. Il a beaucoup œuvré pour le club, a énormément développé le club en terme de sponsoring, d’image, de labellisation. L’idée reste toujours la même, avec l’arrivée de la Présidente Delphine Daminato : développer notre club à tous les étages et faire du GFC un club référence pour l’avenir. Elle devrait donner une continuité au bon travail déjà réalisé. L’objectif étant d’installer l’Entente Save et Garonne et le GFC dans la durée et au plus haut niveau possible. Et ça commence par nous, les seniors, qui sommes la vitrine du club. 

Qu’en est-il en terme d’effectif pour mener ces projets à bien ?

Côté terrain, on s’attend à une saison difficile, avec beaucoup d’équipes de très bon niveau. C’est sans doute la poule la plus dure de D2 depuis longtemps. Ce sera un beau défi de bien y figurer, il faudra être exigeant.  On a un effectif homogène, que ce soit en terme de qualités ou de quantités, à nous de bien travailler et d’être solidaire tout au long de la saison pour s’installer dans ce championnat. Côté encadrement, comme tout club de village, le club repose malheureusement sur quelques bénévoles. Leur investissement est indispensable. J’en profite d’ailleurs pour les remercier pour leur accueil. On espère que le bon esprit et les valeurs de partage que nous souhaitons développer donnent l’envie à d’autres de venir aider le club.

Le week-end dernier vous avez lancé votre saison avec brio. Victoire 4-0 en Coupe de France. Ce fut net et sans bavure ! Comment avez-vous fait pour vous faciliter la rencontre ?

Pour un premier match officiel, c’est une récompense pour le groupe et tout le travail entrepris depuis la reprise le 1er août. Les gars ont répondu présent, pris du plaisir, le tout avec un bon état d’esprit des deux côtés. Nous marquons assez rapidement, puis après 2-3 frayeurs, on marque le second avant la pause. Dans l’ensemble on a maitrisé notre sujet, tout n’était pas parfait, mais pour un 1er match officiel, l’état d’esprit était primordial. J’en profite pour féliciter l’absent du jour Mathieu Massarruto et sa compagne qui viennent d’accueillir un heureux événement. Une petite Giulia. 

Le deuxième tour sera un peu plus compliqué avec la réception d’une R2, Boulogne. Ça ne sera pas la même chose cette fois !

Effectivement c’est un gros morceau, quatre niveaux d’écarts ça commence à faire beaucoup. Nous sommes dans l’inconnu sur ce match, notre objectif n’est pas d’aller au Stade de France, mais d’être prêts pour la première journée de championnat avec notre déplacement le 24 septembre à Castelmaurou/Verfeil, coaché par un de mes anciens coéquipiers Kévin Pollet. 

Quelle philosophie aurez-vous pour ce match ?

Si Boulogne voit l’article, sachez qu’on va balancer que des longs ballons (rires). On va mettre l’accent sur l’état d’esprit, nos forces, mieux gérer nos faiblesses, notre équipe et le style que nous souhaitons mettre en place.

Quelle place ont vos performances en Coupe de France pour le championnat qui reprend dans moins de quatre semaines ?

Ce genre de match de haut niveau nous aide à parfaire notre préparation. Il n’y a rien de mieux que des matchs officiels pour motiver les joueurs de façon général. Un match amical n’a pas la même saveur qu’un match officiel, ce qui est bien dommage. Nous jouons à domicile, dimanche à 15h, ça va motiver et sensibiliser l’ensemble du groupe. On espère également une présence massive de nos supporters, pour que ce match soit aussi une belle fête du football à Grenade.