Relégué en D1 en juin dernier, l’AS Giroussens tourne une page de son histoire avec le départ de JB Boisseau en juin dernier. Le club Tarnais repart avec un nouveau coach, Steph Sirven. C’est sans nul doute un changement de taille pour l’ASG qui s’attaquer à un championnat de D1 solidement armé cette saison avec sur le banc, coach Sirven qui effectue son retour aux sources.

Vous voilà maintenant sur le banc de Giroussens après une descente du club en D1. Comment êtes-vous venu à joindre vos deux avenirs après des parcours respectifs compliqués la saison dernière ?

L’équipe sort d’un cycle long. Ils étaient avec un coach qui a fait huit ans. C’est beaucoup. Passer derrière c’est compliqué. Il faut redynamiser un peu tout et redonner un peu envie. C’est une autre manière de voir les choses et de faire. Je viens pour redynamiser et rebooster tout le monde. Sur un cycle de huit ans, on tombe dans une certaine routine. Il faut changer un peu les choses. Je connais bien le club. J’ai commencé au foot à 7 à Giroussens. J’y ai passé quelques années en tant que joueur et entraîneur il y a 18-20 ans. Je connais bien le club et je suis content d’y revenir. J’ai affaire à des gens que je connais depuis très longtemps. J’ai grandi au village avec certains. Ce n’est pas nouveau, mais c’est un challenge et un défi intéressant à relever. Je suis content qu’ils m’aient appelé pour venir coacher dans un village que je connais bien. Après au niveau des joueurs, il faut changer certaines choses, mais pas tout non plus. Une majorité de joueurs reste en place. On a rentré 4-5 joueurs. Il faut apporter certains changements, mais pas tout bouleverser d’entrée. On va s’appuyer sur certaines choses, faire d’autres choses différentes, tout en redonnant envie à tout le monde et partir sur un nouveau cycle.

Quelles seront les bases de ce nouveau cycle ? Viser la remontée en R3 au plus vite ?

Je pense qu’on va être sur une année de transition. Il y a quand même 3-4 joueurs cadres qui ont arrêtés. On descend de R3 en D1. Il faut stabiliser sur l’année à venir et essayer de faire une bonne saison en D1. On essayera peut-être à la trêve de récupérer un ou deux joueurs dont on aura besoin. Cette année, on va préparer les deux années qui suivront pour essayer de jouer autre chose. La poule de D1 est très relevée. Il y a de belles équipes. Toutes les équipes vont être compliquées à jouer. On va essayer de faire une bonne saison et de rester dans la première partie de tableau tout en construisant, en essayant de faire autre chose et de bâtir pour la suite.

Parlons de cette poule, plusieurs descentes, de nombreux prétendants à la montée, des promus entreprenants. Ça promet de beaux duels !

Il y a Lagrave qui monte. Cambounet et Copains d’Abord qui descendent. Des équipes comme La Crémade, Réalmont, Vignoble et Le Séquestre restent. Ça va être très costaud. Pour sortir de là il faut une équipe solide. Ça sera des rencontres intéressantes à jouer avec des derbys. Il faut surtout se focaliser sur nous, ce que l’on a envie de faire et de réaliser. Même pour être dans les cinq premiers, il va falloir être sérieux, rigoureux et assidus aux entraînements. La D1 demande de la rigueur et de l’implication mais on peut y arriver. Sur une descente ce n’est pas évident après. D’où l’intérêt de vite s’y remettre et de redynamiser tout le monde. Il faut savoir ce que l’on veut faire. Tout le monde est prêt à avancer dans le même sens.

Un favori va-t-il se dégager dans la poule selon vous ?

Un favori je ne sais pas. La Crémade a fini deuxième l’an dernier. Après je ne sais pas si des équipes ont perdu des joueurs. Mais La Crémade devrait encore être dans le coup. Réalmont jouait comme le Vignoble les premiers rôles. Après d’une année sur l’autre avec la même équipe, on peut très bien jouer la montée puis la descente. On ne peut pas savoir. Il faut voir comment ça va démarrer et après on verra. Des équipes costauds, il y en a quatre-cinq qui devraient normalement être en haut : La Crémade, le Vignoble, Réalmont devraient y être. Après, les équipes comme Cambounet et Copains d’Abord qui descendent, ce sont des équipes compliquées à jouer. Lagrave qui monte avec une belle équipe. Qui va pouvoir monter, je n’en sais rien et qui descend non plus. On ne sait pas encore combien il y aura de descentes. S’il y en a encore quatre ou cinq comme l’an dernier, ça va faire beaucoup. Vous dire qui va descendre au regard de la poule, je ne sais pas. Au début tout le monde a des objectifs… Après quatre-cinq matchs on peut déjà jauger nos objectifs et les revoir à la hausse ou à la baisse. Il vaut mieux être prudent, essayer de jouer la première partie de tableau et après on verra.