R.Girardot (Albères Argelès) « Pas beaucoup d’équipes qui iront gagner à Montpellier »

R.Girardot (Albères Argelès) « Pas beaucoup d’équipes qui iront gagner à Montpellier »

6 septembre 2022 0 Par Nicolas Portillo

En allant gagner 2-1 sur la pelouse de Montpellier, Albères Argelès a frappé fort ce week-end à l’occasion de la deuxième journée de National 3. Le coach Catalan, Raphaël Girardot, revenu cet été au club, ne veut cependant pas s’enflammer et préfère continuer à construire avec un groupe pas mal remanié par rapport à la précédente saison.

Cette victoire contre Montpellier vous permet de cumuler quatre points en deux matchs. Un beau départ en championnat. Qu’est-ce qui vous a permis d’aller gagner en terre Héraultaise ?

On a décidé d’être beaucoup plus costauds défensivement. Comme on est assez proches les uns des autres, on arrive à bien combiner avec notre milieu de terrain qui est très intéressant. Ça nous a permis de marquer ces deux buts et de faire un bon résultat à Montpellier.

L’an dernier, la force d’Albères Argelès, c’étaient les matchs à domicile. Si maintenant vous êtes plus réguliers lors des matchs à l’extérieur, vous allez être intraitables !

Je n’en suis pas là personnellement, j’arrive à la tête de l’équipe. Ce qui est intéressant pour le moment c’est le bon début de saison. On a 11 nouveaux joueurs, le staff a changé. On profite du bon travail qu’a laissé Guillaume Boronad. Il est accès sur le jeu, c’est aussi ce qui m’intéresse en tant qu’ancien numéro 10. Il faut que tout le monde se fasse à ces nouveaux joueurs, ce nouveau staff. Ça se passe très bien avec les dirigeants qui sont présents. J’y ai déjà passé huit ans par le passé. Après j’ai été à Canet et le président m’a rappelé. C’est un bon début de saison, mais ce n’est qu’un début de saison. Il faut rester tranquille. Quand il y a un nouveau staff et des nouveaux joueurs, c’est difficile de bien démarrer une saison. C’est ce qu’on fait pour l’instant. La satisfaction est là. C’est bien, mais ce ne sont que deux matchs.

Oui il va falloir confirmer sur la durée comme on dit…

Voilà je ne suis pas du genre à m’enflammer. Je n’aime pas ce mot là. Ce qui m’intéresse c’est tout la saison, la régularité, le travail que l’on va mettre à l’intérieur des séances. Pour l’instant, tout se passe bien. C’est presque une récompense pour le club ce bon début. Une récompense pour les nouveaux joueurs, les anciens. Il n’y en a que neuf qui sont restés finalement. Il n’y a pas lieu de s’affoler. On est très contents d’avoir gagné à Montpellier. C’est vraiment une bonne équipe.

Ce sont quatre points pris qui ne sont plus à prendre en quelques sortes…

Voilà, on valorise ainsi notre match nul contre Aigues Mortes. On a une espèce de match référence. Aller gagner à Montpellier, je pense qu’il n’y aura pas beaucoup d’équipes qui iront gagner à Montpellier. Je les ai trouvé vraiment intéressants, même si ce ne sont que des jeunes. Dans tout ce qui est action de jeu, sur le plan tactique, on voit qu’ils font sept séances par semaine et nous quatre. C’est un bon début mais il ne faut pas s’affoler. Dans le football, tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Ce qui est intéressant, c’est qu’on peut gagner un peu de confiance, surtout avec tous les nouveaux joueurs qu’il y a. Tout le monde travaille bien.

Surtout que l’an dernier Albères Argelès avait eu quelques difficultés en début de championnat. Si c’est un défaut que vous gommez cette année, ça vous permettra d’avoir moins chaud toute la saison !

Le but des débuts de saison c’est d’emmagasiner de la confiance. Quand il y a un nouveau staff, et beaucoup de nouveaux joueurs, il faut emmagasiner de la confiance pour justement après essayer de mettre réellement ce qu’on veut mettre en place. C’est le plus important. Je suis un adepte du jeu. Pour l’instant je suis un peu contre mes principes car c’est le début de saison. Déjà à Montpellier, on a développé du beau jeu avec de belles actions. C’était intéressant. On a été costauds. L’an dernier, je ne sais pas ce qui s’est passé car j’arrive. Je sais qu’ils ont beaucoup perdu à l’extérieur. Le fait de démarrer par une victoire à l’extérieur, c’est encourageant. C’est déjà une nouvelle semaine qui recommence depuis hier. Il faut tout annuler, garder la confiance du résultat et continuer à travailler avec de la sérénité. Je suis satisfait des deux premiers matchs. On va rencontre Béziers, la grosse écurie de ce championnat qui est sur deux victoires. Il n’y a pas lieu de s’emballer parce qu’on a quatre points.

Vous évoquez une nouvelle semaine qui vous amène à une interlude avec la Coupe de France et le déplacement à Rivesaltes ce week-end. C’est un peu l’archétype du match piège ça non ?

Tout à fait. C’est le match piège par excellence. Ils ont pas mal d’anciens joueurs de St Estève. Ils n’ont que le niveau qui s’appelle R3 car ils ont plutôt le niveau R2/R1. Je m’attends à un match piège comme d’habitude. Tout est possible en Coupe. On va jouer sur un terrain qui sera loin d’être bon. Ça va niveler les valeurs. Une équipe de R3 qui reçoit une équipe de N3. Les deux clubs se connaissent. Ils auront à cœur d’essayer de nous renverser. C’est le but de la Coupe. Le petit est toujours plus motivé que le gros. Mais vous pouvez compter sur moi pour être vraiment concentré sur ce match car la Coupe, c’est quelque chose de porteur. Pour moi il y a la Coupe de France et le Championnat. Avec Canet, j’avais eu la chance d’aller jusqu’en 16èmes. Là je ne dis pas qu’on ira en 16èmes, mais c’est un objectif qui me tient à cœur et qui tient au cœur de mon président Raymond Vazquez.

Surtout qu’avec un groupe nouveau, la cohésion peut partir d’une belle épopée !

Oui la Coupe de France c’est ça. Des vertus morales, mentales et de solidarité. Il faut les ajouter à nos qualités pour éviter le piège. On sait très bien qu’en Coupe, aucun match n’est facile. Par expérience, j’ai vécu des matchs comme joueur où j’ai perdu contre des équipes qui étaient trois niveaux en dessous, gagné contre des équipes quatre niveau au dessus. Ce qui est important c’est que mentalement on soit dans l’objectif de ne pas prendre l’adversaire à la légère, sinon, on va droit à un nivellement des valeurs qui fait qu’on peut se mettre en danger. Après, c’est le match piège par excellence. Avec le staff cette semaine, on va accentuer pour bien se remettre en question. Ce n’est pas parce qu’on a gagné à Montpellier qu’on peut se permettre de se relâcher. Ce n’est pas ma façon de voir les choses. Tous les lundis je remets tout à zéro et on recommence. Avec les victoires, ce qui est bien c’est que tu gagnes de la confiance. Surtout en début de saison. Mais cette confiance ne doit pas s’apparenter à un léger déficit mental pour jouer ces matchs.